Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Chaque année, en moyenne 40 personnes sont victimes d’un accident mortel lors d'une randonnée en montagne (archives).

KEYSTONE/ANTHONY ANEX

(sda-ats)

Beaucoup d'accidents de montagne pourraient être évités si les randonneurs étaient mieux préparés ou s'ils choisissaient un itinéraire adapté à leurs capacités. Un marcheur sur deux sous-estime les difficultés, selon le Bureau de prévention des accidents (bpa).

La randonnée fait chaque année plus d'adeptes. Or de nombreux marcheurs ne mesurent pas suffisamment les dangers de la montagne. Seule une moitié d'entre eux planifie leurs parcours en tenant toujours compte des difficultés, selon un sondage mené par le bpa.

La campagne "La montagne en sécurité", menée en partenariat par le bpa, Suisse Rando, ainsi que les Remontées Mécaniques Suisses, veut sensibiliser la population et lui rappeler les préparatifs nécessaires. Elle met l’accent cette année sur les dangers liés aux passages humides ou verglacés, ainsi qu'aux champs de neige résiduelle (névés).

Même en été, il est fréquent que les chemins de montagne traversent de tels passages à risque. C'est pourquoi le bpa recommande de se renseigner au préalable sur l’itinéraire et de s'équiper en conséquence, soit de chaussures à semelles profilées, éventuellement de piolet et de crampons. Il conseille d'éviter ou de contourner si possible les névés durs et raides, voire de rebrousser chemin si l'on ne dispose pas de l'équipement adapté.

ATS