Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Au total, sept dirigeants et ingénieurs de VW ont été inculpés aux Etats-Unis. Oliver Schmidt est le deuxième à plaider coupable après James Liang, un ingénieur qui était basé de 1983 à 2008 à Wolfsburg, le siège de VW en Allemagne (archives).

KEYSTONE/EPA DPA FILE/FRISO GENTSCH

(sda-ats)

Un dirigeant du constructeur automobile allemand Volkswagen qui avait été arrêté en début d'année aux Etats-Unis dans le cadre de l'affaire du "dieselgate" a fait part mardi de son intention de plaider coupable aux Etats-Unis, a-t-on indiqué de source judiciaire.

Oliver Schmidt a fait part de cette décision lors d'une audience devant un tribunal de Detroit (nord-est). Il plaidera formellement coupable lors d'une nouvelle audience le 4 août, a-t-on précisé de même source.

Oliver Schmidt, qui a dirigé le service de conformité réglementaire du constructeur automobile allemand aux Etats-Unis de 2014 à mars 2015, avait été arrêté en janvier par le FBI à Miami (Floride, sud-est).

Au total, sept dirigeants et ingénieurs de VW ont été inculpés aux Etats-Unis. Oliver Schmidt est le deuxième à plaider coupable après James Liang, un ingénieur qui était basé de 1983 à 2008 à Wolfsburg, le siège de VW en Allemagne, où il travaillait au département en charge du développement du diesel.

Démasqué par les autorités grâce à une ONG, le géant aux 12 marques (Audi, VW, Porsche...) avait reconnu fin 2015 avoir équipé 11 millions de ses voitures dans le monde d'un logiciel minimisant le niveau réel des émissions de gaz nocifs lors des contrôles de pollution. Ce scandale a maintenant rejailli en Europe.

ATS