Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Un ressortissant suisse a été tué mardi dans le sud des Philippines. Selon la police locale, il a été abattu sur un marché de la ville de Kidapawan par des membres de la Nouvelle armée du peuple (NPA), un groupe armé d'obédience communiste.

Interrogé par l'ats, le Département fédéral des affaires étrangères (DFAE) a confirmé le décès d'un Suisse aux Philippines. Il ne donne pas d'autres informations, "pour des raisons de protection de données et des personnes". L'ambassade de Suisse à Manille est en contact avec les autorités philippines et assiste la famille de la victime dans le cadre de la protection consulaire, ajoute-t-il.

Selon le chef de la police de Kidapawan, cité par divers médias, la victime est un Suisse de 47 ans né aux Philippines. Il était propriétaire d'une plantation de caoutchouc sur l'île de Mindanao, située à un millier de kilomètres au sud de Manille.

"Problèmes sécuritaires"

Le directeur de la police locale, Reynante Cabico, a affirmé au quotidien "Mindanao Times" que le suisse "était actif dans la campagne contre l'insurrection communiste et était connu pour aider l'armée dans ses campagnes" contre les rebelles. Il a toutefois précisé que la police étudiait "toutes les possibilités".

Sur son site internet, le DFAE conseille aux Suisses de "se montrer très vigilants quant à leur sécurité personnelle" aux Philippines. Il rappelle que le pays est confronté à "plusieurs problèmes sécuritaires", liés notamment à des groupes islamistes radicaux et la NPA.

Depuis 2009, plusieurs étrangers, dont des Suisses, ont été enlevés par des groupes terroristes dans le sud de l'archipel, indiquent les services de Didier Burkhalter. Un Suisse et un Néerlandais ont ainsi été enlevés par des rebelles islamistes début février dans l'archipel de Tawi-Tawi, au large de Mindanao.

ATS