Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Un scientifique sud-coréen, tombé en disgrâce après avoir publié des faux résultats présentés comme des premières mondiales en 2004 et 2005, a annoncé lundi avoir cloné des coyotes. Il affirme maintenant vouloir s'attaquer au mammouth.

Le premier coyote est né le 17 juin. Père reconnu du premier chien cloné en 2005, Hwang Woo-Suk a confié les huit coyotes nés de son expérience à un refuge pour animaux sauvages près de Séoul.

Le chercheur a prélevé des cellules sur la peau d'un coyote. Puis il a transféré le noyau de ces cellules dans des ovules non-fécondés et énucléés, appartenant à une chienne. La fusion des cellules reproductrices est réalisée artificiellement, par impulsion électrique.

Au tour du mammouth

"Nous essaierons de cloner un mammouth à l'avenir", s'est réjoui le gouverneur de la province de Gyeonggi, Kim Moon-Soo, partenaire de ces travaux.

Hwang Woo-Suk avait annoncé avoir réalisé deux "premières mondiales" en 2004 et 2005, affirmant avoir extrait une lignée de cellules souches d'embryons humains obtenus par clonage en 2004, puis onze lignées en 2005.

Des spécialistes avaient rapidement démasqué l'imposteur et révélé la fraude. Une analyse de ses travaux a montré qu'il avait obtenu accidentellement ces cellules par parthénogenèse et non par clonage.

ATS