Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Il convient d'examiner sa peau pour déceler d'éventuelles tiques après des activités dans le jardin ou en forêt. Certaines régions sont davantage à risque (archives).

KEYSTONE/EPA DPA/STEPHAN JANSEN

(sda-ats)

La campagne de sensibilisation aux piqûres de tiques se concentre à nouveau cette année sur les régions à risque de méningo-encéphalite verno-estivale (FSME). Le site "piqure-de-tique.ch" informe sur les dangers et les moyens de se protéger.

En Suisse, ces insectes peuvent transmettre différentes maladies à l’homme, les deux principales étant la borréliose de Lyme et l'encéphalite à tiques. Un vaccin est disponible pour la seconde, mais pas pour la première.

Dans certaines régions, le risque de FSME est élevé, selon une carte de l’Office fédéral de la santé publique (OFSP). Le site internet "piqure-de-tique.ch", permet de vérifier, en saisissant son code postal, si on se trouve dans une zone à risque.

Parfois, il peut aussi y avoir des tiques infectées en dehors de ces régions. C’est pourquoi la prudence est toujours de mise, même hors des zones d’endémie indiquées. La campagne de sensibilisation "piqure-de-tique.ch" a été lancée en 2017 par Pfizer et GlaxoSmithKline.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


Rejoignez notre page Facebook en français!

subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.









ATS