Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Un soldat a perçu illégalement 166'000 francs de compensation de salaire en falsifiant des factures et en se faisant verser plusieurs fois des indemnités. Il a été condamné lundi à St-Gall à une peine pécuniaire avec sursis pendant trois ans et à une amende.

Il a été reconnu coupable d'escroquerie par métier et faux dans les titres. Il a été condamné à une peine pécuniaire avec sursis de 360 jours-amende à 80 francs (28'800 francs) et à une amende de 1000 francs. Les coûts de procédure (4000 francs) sont également à sa charge.

Le militaire a été engagé pendant deux ans au Kosovo. A son retour en Suisse, il est "tombé dans un trou", a-t-il expliqué au juge. Il a fait la connaissance d'une danseuse et prostituée dont il est tombé amoureux, avec des conséquences fatales.

Jeune homme plumé

La danseuse russe a plumé le jeune Suisse, se faisant payer des vacances et des appartements à Sotschi et St-Pétersbourg. Lorsque le jeune homme s'est retrouvé sans argent, elle l'a laissé tomber.

Pour financer sa relation, le jeune homme a escroqué plusieurs caisses de compensation. Il copiait des formulaires de demandes de de compensation de salaire et les envoyait à quatre caisses de compensation.

Jusqu'à 20'000 francs par mois

Le soldat a encaissé jusqu'à 20'000 francs par mois. D'avril à fin 2009, le jeune homme a effectué du service volontaire. Il n'était plus au service de l'armée à partir du début de 2010, mais il a continué à envoyer des demandes de compensation de salaire.

L'affaire a éclaté lors d'un contrôle de routine en octobre 2010. Le soldat a tout avoué. Au total, il a perçu illégalement 166'000 francs. Il doit encore rembourser plus de 100'000 francs à trois caisses de compensation.

Le cas de ce soldat n'était que la pointe de l'iceberg. Les contrôleurs sont en effet tombés sur d'autres cas similaires. Des plaintes ont été déposées contre sept soldats et un fonctionnaire du Département fédéral de la défense.

ATS