Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Un Suisse condamné à un "petit internement" pour avoir tué un parfait inconnu à Berne (photo symbolique).

/AP/THOMAS KIENZLE

(sda-ats)

Un Suisse de 33 ans qui avait abattu un parfait inconnu dans un parc à Berne devra être placé en clinique fermée. Le Tribunal régional de Berne-Mitteland a ordonné mercredi une mesure thérapeutique connue sous le nom de "petit internement".

Il y a bien eu assassinat, mais l'auteur n'était pas responsable de ses actes, a conclu le tribunal. Une expertise a en effet conclu à une schizophrénie paranoïde. Compte tenu de ses troubles psychiques profonds, le prévenu n'était pas capable de saisir ses torts au moment des faits.

La justice a ordonné une mesure psychothérapeutique stationnaire au sens de l'article 59 du code pénal, en accord avec la défense et le ministère public bernois. La question d'une libération du Suisse un jour est ouverte. La sentence est en effet soumise à un délai de 5 ans, à chaque fois prolongeable.

L'homme a pris connaissance du jugement sans réagir. Il avait admis lundi qu'il avait besoin d'une thérapie. Selon ses dires, le 14 juillet 2016, il avait entendu des voix lui ordonnant de tuer quelqu'un. Il s'était approché par derrière d'un homme assis sur un banc dans un parc et l'avait abattu d'un coup de pistolet.

La victime avait été choisie de manière complètement arbitraire. "Le coup aurait pu atteindre n'importe qui", a déclaré le président du tribunal Martin Müller. La victime, un Polonais de 29 ans, se trouvait "au mauvais endroit au mauvais moment". Travailleur dans la construction, il laisse une veuve et deux fils.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


Rejoignez notre page Facebook en français!

subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.









ATS