Toute l'actu en bref

Issue heureuse après onze heures de négociations à Ensisheim, pas loin de Bâle (photo symbolique)

KEYSTONE/EPA/HORACIO VILLALOBOS

(sda-ats)

Trois détenus qui avaient pris en otage depuis dimanche soir, à l'aide d'un couteau, un surveillant de la prison d'Ensisheim (Alsace), à 50 km de Bâle, se sont rendus lundi peu avant 06h00, a confirmé la préfecture du Haut-Rhin. Les négociations ont duré onze heures.

"L'otage est sain et sauf", a précisé la préfecture dans un communiqué. Les preneurs d'otage ont été placés en garde à vue. Les trois détenus se sont rendus sans violence aux hommes du Groupe d'intervention de la gendarmerie nationale (GIGN), selon cette source.

Une enquête a été ouverte par le parquet des chefs de séquestration, tentative d'évasion, violence sur personne dépositaire de l'autorité publique avec arme et dégradation de biens d'utilité publique.

L'instigateur des faits, qui aurait fait sortir de cellule ses deux comparses, serait un récidiviste qui a déjà à son actif quatre prises d'otage dans des établissements pénitentiaires, a indiqué Christophe Schmitt, responsable du syndicat Force ouvrière pénitentiaire.

"J'espère qu'ils vont se réveiller, là-haut, au ministère et à l'administration pénitentiaire. Il va falloir changer de mode opératoire et placer ces détenus dans les établissements où on peut les encadrer", a-t-il ajouté. La prison d'Ensisheim, dévolue aux longues peines, compte 200 places et héberge 190 prisonniers.

Au cours de l'année écoulée, les prisons françaises ont été le théâtre de nombreux incidents, dont le plus violent a été l'agression, début septembre, de deux surveillants à Osny, dans le Val-d'Oise (au nord de Paris) par un détenu radicalisé.

ATS

 Toute l'actu en bref