Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Un tiers de la population de plus de 15 ans en Suisse exerce une activité bénévole en Suisse. En moyenne, ces personnes consacrent une demi-journée non rémunérée par semaine à une association ou s'engagent de manière informelle.

Tel est le résultat de l'étude "Le travail bénévole en Suisse en 2010" de l'Office fédéral de la statistique (OFS) publiée jeudi. Environ 1,3 million de personnes au total s'engagent dans une organisation ou une institution et près de 1,2 million rendent des services à des tiers, par exemple en gardant des enfants ou en prodiguant des soins à autrui.

Un nombre non négligeable de personnes sont actives aussi bien dans le bénévolat organisé qu'informel. Les hommes sont surtout engagés dans des organisations sportives, avant la culture ou la défense d'intérêts. L'Eglise et la politique arrivent en dernier.

Par plaisir

Les femmes s'impliquent davantage dans le travail bénévole informel. Le sport vient également en tête, suivi des organisations socio-caritatives, les institutions religieuses et les associations culturelles. La principale motivation des bénévoles est le plaisir. L'altruisme est également souvent cité.

En moyenne, ces personnes consacrent 13,7 heures par mois pour le bénévolat organisé et 15,5 heures pour le bénévolat informel. Le total d'heures de travail bénévole pour 2010 est estimé à 640 millions. En comparaison, 755 millions d'heures de travail rémunéré ont été accomplies dans le secteur de la santé et des activités sociales.

Barrière de röstis

Le travail bénévole organisé varie assez fortement d'une région à l'autre. La proportion de personnes exerçant une activité bénévole ou honorifique est sensiblement plus élevée en Suisse alémanique qu'en Suisse romande et au Tessin. Les différences relevées entre les régions linguistiques sont un peu moins élevées dans le domaine du bénévolat informel.

ATS