Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Près d'un Biennois sur trois ne se sent pas en sécurité la nuit dans les rues. Pourtant, Bienne n'est pas plus dangereuse qu'une autre ville du canton de Berne. Le nombre de délits qui y sont perpétrés se situe dans la moyenne cantonale.

Le sentiment subjectif de sécurité ne correspond pas à la situation objective, ont souligné mercredi les autorités. Bienne commentait un sondage d'opinion réalisé par la police cantonale bernoise sur la sécurité. Cette enquête a été menée dans les 17 plus grandes communes du canton. A Bienne, 1000 personnes ont été interrogées.

Les taux en matière de brigandage, de harcèlements sexuels et de vols à Bienne sont inférieurs à la moyenne cantonale et à ceux enregistrés dans d'autres villes bernoises. Ceux des effractions ainsi que des voies de fait et menaces sont supérieurs eux à la moyenne cantonale.

Peur la nuit

Autre constat, la population part du principe que la situation en matière de sécurité dans leur ville est bien plus mauvaise qu'elle ne l'est en réalité. Ce sont ainsi 31% des personnes interrogées qui disent ne pas se sentir en sécurité lorsqu'elles circulent seules la nuit. La moyenne cantonale s'élève à 15,4%

Les personnes se sentent surtout menacées par le vandalisme, les déchets dans le domaine public, les rassemblements de jeunes et le commerce de drogue. Sans surprise, il y a une différence notable entre les sexes: 42,6% des femmes ne se sentent pas en sécurité alors que le taux est de 20,1% pour les hommes.

ATS