Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Les entreprises suisses sont appelées à mener la lutte pour aboutir notamment dans les pays en développement à des économies vertes (archives).

KEYSTONE/MARTIAL TREZZINI

(sda-ats)

Une campagne de quatre ans veut rendre les entreprises suisses attentives à leur responsabilité sociale et au développement durable au travers d'ateliers dans tout le pays. Ce "Tour de Suisse de l'économie durable" a été lancé jeudi à l'ONU à Genève.

Le canton de Genève, "en tant que centre de gouvernance internationale le plus actif au monde, est fier" de porter ce dispositif, a dit le directeur général du développement économique genevois (DG DERI) Nicholas Niggli. Il souligne la contribution du canton pour la finance verte mondiale dont elle accueille depuis peu le secrétariat d'un réseau de villes.

Et récemment, l'ONG genevoise B Lab a lancé une alliance avec l'ONU pour trois ans. Celle-ci doit aboutir à l'été 2019 à une plateforme internationale pour mesurer les avancées de 100'000 groupes d'ici 2030.

Jeudi, un film de 25 minutes sur les efforts de plusieurs entreprises suisses a été diffusé à Genève lors la seconde réunion de la branche suisse de l'agence onusienne pour l'engagement durable du secteur privé, UN Global Compact. Il sera montré également dans les prochains mois lors de deux réunions à New York.

Appel à stimuler le dialogue

La société suisse sait "l'importance d'une économie responsable", affirme de son côté le directeur exécutif de la branche suisse du réseau Global Compact. Les rencontres prévues en Suisse doivent "stimuler" le dialogue entre entreprises et l'extension de bonnes pratiques.

Selon la directrice exécutive du Centre du commerce international (ITC), les PME suisses doivent chercher à avoir "un impact important" dans l'économie verte mondiale, notamment dans les pays en développement. Les Objectifs du développement durable (ODD) "ne seront pas atteints sans votre engagement", a affirmé lors de la réunion de jeudi Arancha Gonzalez.

Les entreprises doivent "contribuer à établir des écosystèmes mondiaux pour des affaires durables et inclusives", selon elle. La quasi-totalité des sociétés suisses rassemblent moins de 250 employés. Elles constituent des acteurs importants d'innovation, de croissance inclusive et d'émancipation des femmes, explique Mme Gonzalez.

Soutien en Colombie

Mais elles doivent aussi faciliter des avancées dans les pays en développement, selon elle. ITC collabore avec l'ONG Swisscontact en Colombie pour faciliter l'accès des producteurs locaux de cacao durable aux marchés internationaux.

Autre demande, les PME suisses doivent mener dans le monde la lutte pour des entreprises qui honorent de bonnes conditions de travail, des filières transparentes ou des avancées environnementales. Le secteur privé suisse a accueilli des produits durables de pays en développement, a lancé des initiatives et a collaboré avec des organisations multilatérales, s'est félicitée la directrice exécutive d'ITC.

Là aussi, son institution a assisté des exportatrices de café avec le soutien d'entreprises suisses. Mme Gonzalez appelle encore à des indications claires sur la durabilité des produits pour les acheteurs.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


Rejoignez notre page Facebook en français!

subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.









ATS