Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Un traitement expérimental des laboratoires américains Eli Lilly a ralenti les effets d'Alzheimer sur des patients souffrant d'une forme peu avancée de la maladie, selon des résultats présentés mercredi. Ils pourraient marquer la première avancée contre cette maladie.

Des patients dans les premiers stades d'Alzheimer traités avec le solanezumab ont préservé la plupart de leurs capacités cognitives, par rapport à des groupes ayant pris un placebo, a indiqué le groupe pharmaceutique. Il a présenté ses résultats mercredi à l'Alzheimer's Association International Conference (AAIC), réunie cette semaine à Washington.

Les premiers résultats de deux essais cliniques avec cette molécule, menés avec environ 2000 patients pendant 18 mois et dévoilés en 2012, n'avaient pas été probants. Les malades traités avec le solanezumab n'avaient pas connu de ralentissement de la perte de leur capacité cognitive.

Mais une analyse des résultats des essais cliniques pour les patients à un stade plus précoce de la maladie a montré que le solanezumab a permis un ralentissement marqué de 34% du déclin mental de ces malades. Une baisse de 18% de leur perte de capacités à exécuter leurs tâches quotidiennes a également été observée.

Essais poursuivis

A la suite de cette découverte, Eli Lilly a décidé de poursuivre les essais cliniques pendant deux ans avec seulement des malades atteints d'une forme modérée d'Alzheimer. Ceux qui prenaient un placebo seront aussi traités avec le solanezumab.

Le laboratoire avait déjà indiqué qu'après six mois les patients traités avec le solanezumab continuaient à montrer des effets positifs par rapport à ceux qui avaient commencé à prendre ce traitement plus tard. Eli Lilly a indiqué mercredi que cette différence importante entre ces deux groupes a subsisté un an après la prolongation de l'essai clinique et un peu moins après deux ans.

Mais les différences dans les fonctions cognitives entre deux groupes après deux ans sont "statistiquement significatives".

Premier médicament efficace

Si le solanezumab, un anticorps, continue à montrer de tels résultats au cours des prochaines années chez les 2'100 patients de ces études atteints d'une forme modérément avancée de la maladie, il pourrait devenir le premier médicament jugé efficace pour ralentir les symptômes de cette maladie liée à l'âge. Les prochains résultats sont attendus dans dix-huit mois.

Selon l'Organisation Mondiale de la Santé, plus de 36 millions de personnes dans le monde sont atteintes de démence, dont une majorité de la maladie d'Alzheimer. Ce nombre devrait doubler d'ici 2030 pour passer à 65,7 millions, et tripler d'ici 2050 à 115,4 millions si aucun traitement efficace n'est découvert dans les prochaines années.

ATS