Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Les voitures diesel font l'objet d'une attention accrue en raison de leurs émissions d'oxyde d'azote, jugé responsable de maladies respiratoires (archives).

KEYSTONE/AP dpa/CHRISTOPH SCHMIDT

(sda-ats)

Le tribunal administratif de Stuttgart a donné raison vendredi à une organisation écologiste qui réclame l'interdiction du diesel dans les rues de la ville du sud-ouest de l'Allemagne. Cette décision est un revers pour les constructeurs Daimler et Volkswagen.

Les deux constructeurs cherchent à éviter des interdictions contraignantes en proposant principalement de modifier les logiciels de contrôle des émissions. "La préservation de la santé publique est plus importante que le droit de propriété et la liberté des propriétaires de voitures concernés par cette interdiction", a estimé le président du tribunal, Wolfgang Kern.

Depuis que Volkswagen a reconnu avoir triché, il y a près de deux ans, sur les tests de pollution, les voitures diesel font l'objet d'une attention accrue. Leurs émissions d'oxyde d'azote sont jugé responsable de maladies respiratoires.

Le Land du Bade-Wurtemberg, qui a dit privilégier des mesures d'amélioration des transports publics et de modernisation des moteurs diesel pour réduire les émissions, a promis d'étudier le jugement.

Banni des grandes villes

Les municipalités de Paris, Madrid, Mexico et Athènes envisagent déjà de bannir le diesel des centre-villes d'ici à 2025. Les gouvernements français et britannique comptent pour leur part mettre fin à la vente de véhicules à moteur thermique - essence et diesel - d'ici à 2040.

Interrogée sur la décision du gouvernement britannique, une porte-parole du gouvernement allemand a dit mercredi qu'Angela Merkel avait mis en garde à de nombreuses reprises contre toute "diabolisation" des voitures diesel.

ATS