Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Moscou - Un tribunal russe a ordonné jeudi au parquet de rouvrir l'enquête sur le meurtre du tsar Nicolas II et de sa famille. Les bolchéviques auteurs présumés de ce crime commis en 1918 sont toutefois morts depuis longtemps.
Le principal service d'enquête du parquet général russe a officiellement clos le dossier en début d'année, invoquant le temps écoulé depuis le crime et le décès des personnes mises en cause.
Mais le tribunal de Basmanny, un quartier du centre de Moscou, a ordonné la réouverture de l'enquête au motif que la Cour suprême a rendu l'Etat responsable de ce meurtre, ce qui rend l'argument de la mort des auteurs présumés caduc, a dit l'avocat des descendants du tsar.
"C'est un pas important dans notre quête pour la vérité", a déclaré German Loukianov, avocat de la grande duchesse Maria Vladimirovna Romanova, héritière de la dynastie impériale. "Le peuple russe a le droit de savoir ce qui s'est passé." Une porte-parole s'est refusée à dire si le parquet allait faire appel de la décision du tribunal.
Nicolas II, sa femme Alexandra Feodorovna et leurs enfants, dont le tsarévitch Alexis, ont été assassinés dans la nuit du 16 au 17 juillet 1918 à Ekaterinbourg, dans l'Oural, à 1450 km à l'est de Moscou. En 2008, la Cour suprême de Russie les a officiellement reconnus comme victimes de la répression bolchevique.
Les restes supposés du tsar et de sa famille ont été exhumés en 1991 dans les environs d'Ekaterinbourg. En 1998, ils ont été enterrés en grande pompe dans la crypte impériale de la cathédrale Saint-Pierre-Saint-Paul à Saint-Pétersbourg.
Mais l'Eglise orthodoxe russe, tout comme certains descendants des Romanov, se demandent toujours si ces restes sont bien ceux des membres de la famille impériale. La dynastie Romanov a régné sur la Russie durant trois siècles, jusqu'à l'abdication de Nicolas II en 1917.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.








Teaser Longform The citizens' meeting

Teaser Longform The citizens' meeting

1968 en Suisse

ATS