Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Bien qu'un casque diminue de moitié le risque de blessure à la tête, plus d'un cycliste sur deux roule sans protection (archives).

KEYSTONE/JEAN-CHRISTOPHE BOTT

(sda-ats)

Les utilisateurs de vélo électrique rapide ne sont pas bons élèves. Bien que le port du casque leur soit obligatoire depuis 2012, 17% d'entre eux ignorent cette réglementation.

Ceux qui préfèrent les vélos électriques lents sont encore moins nombreux (66%) à porter le casque, indique jeudi le Bureau de prévention des accidents (bpa). Eux ne sont cependant pas obligés de porter de protection, car ils ne disposent que d'une assistance au pédalage inférieure ou égale à 25km/h. Les utilisateurs d'e-bikes rapides profitent eux d'une assistance supérieure à 25 km/h.

Chez les cyclistes traditionnels, le taux du port du casque stagne. Tous âges confondus, il s'élève à 46%. Les enfants jusqu'à 14 ans sont les plus zélés avec un taux de 77%. A l'autre bout du classement se trouvent les jeunes de 15 à 29 ans. Ils ne sont que 29% à porter une protection.

Chaque année, 30'000 accidents de vélos surviennent. "Un casque cycliste diminue le risque de blessure à la tête de moitié", rappelle le bpa.

Feux allumés et ceinture bouclée

En ce qui concerne les voitures de tourisme, le taux du port de la ceinture de sécurité se stabilise à 95% dans toute la Suisse. Au Tessin, il a passé pour la première fois la barre des 90%. Les différences régionales, observées par le passé, s'estompent donc.

Les automobilistes sont également 97% à garder leurs feux allumés de jour, même par beau temps. "Ce taux ne devrait pas connaître de variations en Suisse à l'avenir", précise le bpa. La loi sur les feux de jour a été introduite en 2014 et l'obligation d'équiper les nouveaux véhicules de feux de circulation diurnes en 2011.

ATS