Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Avec le "scan car" qui veille au grain, les automobilistes ont intérêt à payer leur place de parc (archives).

KEYSTONE/JEAN-CHRISTOPHE BOTT

(sda-ats)

Dès mercredi, un véhicule équipé de caméras va parcourir les rues de Genève et traquer les voitures dépassant le temps de stationnement. Ce "scan car" est capable de lire les plaques d'immatriculation et de transmettre ensuite les informations aux agents.

Le système est utilisé pour la première fois en Suisse, a indiqué mardi la Fondation des Parkings. Plusieurs villes européennes le connaissent déjà. Il a l'avantage d'améliorer sensiblement l'efficacité et l'étendue des contrôles, et de s'assurer que les automobilistes paient leur place de parc.

La ville néerlandaise d'Utrecht, qui utilise ces "scan cars" depuis un certain temps, a ainsi constaté une augmentation des paiements de 30%. Les "scan cars" ne remplacent pas les agents de stationnement, a rappelé la Fondation des parkings. Ils détectent les véhicules pas en règle et orientent les agents vers ceux-ci.

En automne 2016, deux voitures de ce type avaient été mises en circulation à Genève afin de tester le système. L'essai s'est révélé concluant et a poussé la Fondation des Parkings à adopter ce nouveau moyen de contrôler le stationnement. Un deuxième véhicule électrique équipé de caméras sera opérationnel dès le mois d'avril.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


Rejoignez notre page Facebook en français!

subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.









ATS