Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Une élève d'une école secondaire à Thoune (BE) a été exclue des cours la semaine dernière en raison de son voile. Selon la direction, les règles de l'établissement interdisent de se couvrir la tête.

Le directeur de l'école Roman Gimmel a eu connaissance du cas samedi, a-t-il indiqué à l'ats, confirmant une information du Matin Dimanche et de la SonntagsZeitung. Il n'était pas en mesure de donner plus de détails.

Pour se faire une meilleure idée de la situation, il a convoqué une séance pour lundi. Il sera décidé à ce moment-là de la démarche à suivre.

Selon le journal, la jeune fille aura bientôt 15 ans. L'adolescente musulmane n'aurait pas été formellement exclue des cours, mais seulement si elle s'y rend vêtue de son voile.

Le Grand Conseil bernois avait refusé en 2011 une initiative de l'UDC qui réclamait un règlement cantonal sur la tenue vestimentaire applicable à l'école obligatoire. Il avait estimé que les écoles devaient décider elles-mêmes quel était le code vestimentaire approprié.

La question du voile est aussi abordée dans une directive de 2009 de la Direction de l’instruction publique du canton. Les élèves ont le droit de porter des kippas, voiles, crucifix et autres, ou encore d’avoir une coiffure à tendance religieuse, stipule le document.

Pas de règle unique en Suisse

Le port du voile ou autres cagoules fait régulièrement polémique en Suisse. Mais pour l'instant, seul le Tessin s'est doté d'une loi interdisant le voile dans l'espace public.

Le vote tessinois sur le voile pourrait néanmoins faire école. En Valais, l'UDC cantonale a lancé en février une initiative législative pour interdire le port de couvre-chefs dans les écoles publiques du canton.

En Suisse orientale, le port du voile a aussi provoqué des débats politiques dans plusieurs communes. En juillet 2013, le Tribunal fédéral (TF) s'est déjà prononcé en faveur de deux écolières albanaises à Bürglen (TG), mais son jugement n'avait pas de portée générale.

Il a conclu qu'une base légale était nécessaire pour une interdiction du port du voile à l'école, un simple règlement scolaire, selon lui, ne suffit pas.

Les juges de Mon Repos devront également statuer sur le cas de l'écolière de St. Margrethen (SG) qui suit les cours avec un voile islamique. Le conseil scolaire a décidé de faire recours au TF contre la décision du tribunal administratif cantonal, qui a autorisé la jeune fille à porter le voile en classe.

ATS