Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Les émissions de dioxyde de carbone (CO2) de la Chine ont été considérablement surestimées ces dernières années, selon une étude parue mercredi. Le pays reste toutefois le premier émetteur mondial de gaz à effet de serre.

"Pour toute la période 2000 à 2013, nos estimations révisées des émissions cumulées de gaz carbonique par la Chine sont inférieures de 2,9 gigatonnes aux estimations antérieures", écrivent les auteurs de cette étude menée par une équipe internationale et parue dans la revue Nature. Un chiffre qui représente environ un tiers des émissions mondiales annuelles actuelles.

Pour l'année 2013 précisément, ils estiment à 2,49 gigatonnes les émissions de CO2 par la Chine dues aux combustibles fossiles et à la production de ciment. Un chiffre "inférieur de 14%" aux estimations faites jusque-là par les Nations unies et d'autres organismes internationaux, précisent les chercheurs.

Toutefois les émissions totales de la Chine "en tant que pays sont toujours bien au-dessus de celles du deuxième gros émetteur, les États-Unis", a précisé à l'AFP Corinne Le Quéré, professeur à l'Université britannique University of East Anglia (UEA).

"Près des trois-quarts de la hausse des émissions mondiales de CO2 résultant de la combustion d'énergies fossiles et de la production de ciment entre 2010 et 2012 ont eu lieu en Chine", relèvent les chercheurs. Mais les estimations concernant les émissions chinoises "continuent à faire l'objet d'une grande incertitude".

Qualité du charbon

Jusqu'à présent la qualité du charbon n'avait en effet pas été suffisamment prise en compte. Or environ 70% des émissions chinoises de gaz à effet de serre proviennent de ce matériau. La Chine est le plus grand consommateur de charbon du monde, mais celui-ci est de qualité bien inférieure à celui qui est brûlé aux États-Unis et en Europe, souligne Dabo Guan, également de l'UEA, dans un communiqué de l'université.

Or "quand vous brûlez du charbon, il contient de l'énergie, associée aux émissions de gaz carbonique. Plus l'énergie est importante, plus les émissions de CO2 sont importantes. Et parce que le charbon avait peu d'énergie, c'est-à-dire était de mauvaise qualité, il a produit des émissions moins importantes", a expliqué Mme Le Quéré à l'AFP.

Collecte de données améliorée

Selon elle, les conclusions de l'étude résultent aussi du fait que la Chine a amélioré sa collecte de données et leur qualité.

La publication de cette étude intervient alors que les représentants de 195 pays doivent se réunir à la fin de l'année à Paris pour tenter de parvenir à un accord pour limiter le réchauffement climatique.

ATS