Navigation

Sauter la navigation

Fonctionnalités principales

Une "force régionale de protection" au Soudan du Sud exigée

Les violences dans Juba, la capitale du Soudan du Sud, ont tué récemment au moins 300 personnes.

KEYSTONE/AP/SAMIR BOL

(sda-ats)

Le 27e sommet des chefs d'Etat de l'Union africaine (UA) s'est ouvert dimanche à Kigali. Les participants ont appelé au déploiement d'une "force régionale de protection" au Soudan du Sud et à l'ouverture d'une enquête sur la flambée de violence de ces derniers jours.

Les pays de l'organisation régionale des pays d'Afrique de l'Est (Igad), qui s'étaient réunis samedi soir avant le sommet, ont demandé au Conseil de sécurité de l'ONU d'autoriser "le déploiement d'une force régionale de protection", bénéficiant d'un "mandat révisé".

Elle aurait pour objectif de "séparer les parties en conflit (...), protéger les populations civiles et pacifier Juba", la capitale sud-soudanaise, dans le cadre d'un renforcement de la Mission des Nations unies au Soudan du Sud (Minuss), selon un communiqué de l'Igad.

Enquête demandée

Celle-ci a également réclamé l'ouverture d'une "enquête immédiate" pour déterminer les responsabilités dans le déferlement de violences qui ont frappé Juba du 8 au 11 juillet.

"Je tiens du haut de cette tribune à rappeler au président Salva Kiir et à son vice-président Rieck Machar leur responsabilité dans cette tragédie que traverse leur jeune nation", alancé Idriss Déby, le président du Tchad, également président en exercice de l'UA, lors de la cérémonie d'ouverture du sommet.

Moins dépendants des donateurs

Les chefs d'Etat ont par ailleurs adopté le principe d'une taxe sur les importations pour financer l'organisation panafricaine et réduire sa dépendance vis-à-vis des pays donateurs.

Cette nouvelle taxe de 0,2% doit s'appliquer à toutes les importations des 54 Etats membres de l'UA, à l'exclusion de certains biens de première nécessité qui restent à déterminer.

Le budget 2016-2017 de l'UA s'élève à 781 millions de dollars (707 MEUR), hors opérations de maintien de la paix. Sur cette somme, les Etats membres ne financent que 212 millions, contre 569 millions de dollars par les donateurs étrangers (Union européenne, Etats-Unis, Chine, Banque mondiale), soit près de 73% du budget.

Le Burundi sur la table

Le sommet se poursuit lundi. Les chefs d'État africains devraient se pencher une nouvelle fois sur la crise au Burundi, où ils avaient renoncé lors de leur dernier sommet en janvier à envoyer une force d'interposition de 5000 hommes.

Mots clés

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.