Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Le festival de musique classique Verbier Festival, dont la 22e édition se terminait dimanche soir, a été marqué par "des moments inoubliables". Les mélomanes étaient au rendez-vous, avec 30'000 billets vendus (contre près de 33'000 en 2014).

Les organisateurs estiment le nombre de visiteurs à 41'000 (45'000 l'année dernière), incluant les événements gratuits. "Le franc fort engendre un surcoût pour les habitants de la zone euro, qui représentent 20 à 30% de notre public", analyse la directrice administrative Kim Gaynor dans un communiqué.

La bonne santé économique du festival n'est pas en danger, car cette légère diminution de la fréquentation avait été anticipée et des mesures ont été prises il y a plusieurs mois déjà, ajoute-t-elle.

Parmi les soirées marquantes, le festival cite notamment le concert d'ouverture du compositeur et chef d'orchestre finlandais Esa-Pekka Salonen et de la mezzo-soprano américaine Joyce DiDonato.

Les organisateurs évoquent aussi le "vibrant hommage" de Valery Gergiev à la danseuse russe Maïa Plissetskaïa, disparue en mai. Le chef d'orchestre a dirigé le Boléro de Ravel avec une projection de la chorégraphie de Maurice Béjart sur grand écran. Un événement suivi par 34'000 téléspectateurs en direct sur Medici.tv.

Emotion

Thomas Quasthoff a de son côté relevé le défi d’endosser, pour la première fois, le rôle de chef d’orchestre "dans une magnifique Passion selon Saint-Matthieu" avec le choeur de Berlin RIAS Kammerchor.

Les spectateurs ont aussi pu savourer un grand moment avec la prestation de Menahem Pressler. "Il est parvenu à émouvoir comme rarement l’assemblée de l’église venue assister au récital de cet immense pianiste aujourd’hui nonagénaire", écrivent les organisateurs.

Le Verbier Festival s'est déroulé sur 17 jours. Le prochain rendez-vous est fixé du 22 juillet au 7 août 2016.

ATS