Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Pour maigrir, une alimentation variée, sans interdit, basée sur les recommandations nutritionnelles, est plus efficace à long terme que les régimes commerciaux "frustrants" type Dukan, selon une étude française. Cette enquête pointe aussi "la dictature du poids" dans notre société.

L'image idéale du corps est telle que 70% des femmes et un homme sur deux voudraient maigrir. Parmi eux, 67% des femmes et 39% des hommes ont fait au moins un régime dans leur vie, selon cette étude NutriNet-Santé, qui recense les données issues de 105'771 "Nutrinautes".

"La pression d'une certaine image du corps dans notre société fait que même des sujets de poids normal, ni obèses, ni même en surpoids, font des régimes", constate le professeur Serge Hercberg, qui coordonne l'étude.

"Spirale des régimes"

La "spirale des régimes" est plus répandue chez les femmes. "Quasiment 30% des femmes ont fait au moins cinq régimes dans leur vie, dont 9% ont même suivi plus de dix régimes (4 % des hommes). Cela s'explique en partie parce que souvent les femmes commencent le régime plus tôt, 36% d'entre elles ont commencé entre 15 et 25 ans, contre 18% des hommes", selon le Pr Hercberg.

Les adeptes des régimes restrictifs commerciaux (Dukan, Cohen, Chrononutrition...) sont plus nombreux (40 %) à considérer que leur régime a été efficace uniquement à court terme par rapport à ceux qui ont choisi d'autres types de régimes.

Par contre, les "Nutrinautes" qui ont suivi un régime basé sur les recommandations de "bon sens" (manger varié, diminuer les quantités, pas d'aliment interdit...) sont 76% à estimer que ce rééquilibrage a été efficace à long terme. Ils sont aussi les plus nombreux (57,5%) à avoir associé une hausse d'activité physique (marche) à la modification de leur comportement alimentaire.

ATS