Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Une Allemande de 74 ans va comparaître à la fin avril pour le meurtre "sournois" de son fils de huit ans, asphyxié, il y a 41 ans, en ex-RDA, selon le tribunal en charge du dossier. L'affaire a été tardivement réexaminée à la lumière d'un renseignement anonyme.

La femme a toujours assuré que son fils Mario, retrouvé mort dans son lit au matin du 5 novembre 1974, avait "accidentellement" succombé à une intoxication au monoxyde de carbone.

Classée après une brève enquête, l'affaire a resurgi en août 2009 avec une dénonciation anonyme parvenue au parquet de Hanovre, dans la région où l'ancienne secrétaire est-allemande est installée depuis 1987 avec sa fille.

"Autrefois, la mère a gazé son fils", affirmait ce renseignement cité par le quotidien BZ. Fouillant dans leurs archives, les enquêteurs de l'ex-Allemagne communiste ont exhumé le rapport d'autopsie.

Acte "sournois"

Selon les conclusions qu'ils en ont tirées, la prévenue a porté son fils devant la cuisinière, ouvert le gaz, puis de l'a recouché inanimé avant d'incriminer un poêle défectueux.

Le caractère "sournois" de ce geste sur un enfant endormi est judiciairement crucial: il suffit à qualifier l'homicide de "meurtre aggravé", un crime imprescriptible et puni de la réclusion à perpétuité.

Selon la BZ, le parquet attribue le crime au fait que la mère "se sentait débordée par l'éducation de son fils". Séparée de son ex-conjoint, elle avait notamment des problèmes financiers et tentait de refaire sa vie.

ATS