Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Le Conseil fédéral aimerait que le peuple ait le choix entre l'initiative vélo ou un contre-projet (photo symbolique).

Keystone/ALESSANDRO DELLA BELLA

(sda-ats)

L'initiative "Pour la promotion des voies cyclables et des chemins et sentiers pédestres", ou initiative vélo, va trop loin. Le Conseil fédéral a décidé vendredi de proposer une alternative au texte de la faîtière nationale des cyclistes PRO VELO.

Le gouvernement défend l'idée de mettre sur un pied d'égalité la mobilité piétonne, la randonnée et le trafic cycliste, mais il rejette certaines revendications de l'initiative qui dépassent cet aspect en voulant édicter des obligations. L'exécutif rappelle également que les voies cyclables relèvent de la compétence des cantons et des communes.

Le texte des initiants, déposé en mars avec 105'234 signatures valables, demande l'inscription de la promotion du vélo dans l'article constitutionnel sur les chemins et sentiers pédestres. Le Conseil fédéral a chargé le Département fédéral de l'environnement et des transports d'élaborer un contre-projet direct, qui sera mis en consultation.

L'initiative de PRO VELO, sur laquelle le peuple devra trancher, entend renforcer le trafic cycliste au quotidien et pendant les loisirs. D'après les initiants, la moitié de la population ne fait pas de vélo pour des raisons de sécurité et d'attractivité. Afin de développer cette pratique dans toute la Suisse, la Confédération doit définir des exigences de qualité, selon le texte.

ATS