Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Une Américaine de l'Etat du Wisconsin a été inculpée jeudi pour avoir vendu de fausses actions Facebook en tirant profit de l'impatience autour de la prochaine introduction en bourse du premier réseau communautaire mondial. Elle est accusée de 31 chefs d'inculpation, dont vol, faux et déclarations trompeuses.

Selon la plainte enregistrée jeudi, l'inculpée aurait prétendu disposer d'un million de dollars d'actions Facebook. Elle aurait convaincu plusieurs personnes de s'en porter acquéreur. Elle a aussi expliqué que sa fille était liée à Mark Zuckerberg, le patron et fondateur de Facebook, et qu'elle avait ainsi eu accès à des titres de sa société.

Entrepreneur payé en actions

Elle aurait notamment payé en fausses actions un entrepreneur qui a effectué pour près de 14'000 dollars de travaux dans sa maison. L'homme lui aurait en outre versé 10'000 dollars pour acheter d'autres titres fictifs.

Une autre de ses victimes présumées, un sexagénaire, lui aurait fait quatre chèques d'un montant total de l'ordre de 40'000 dollars.

Introduction attendue en mai

L'introduction en bourse de Facebook, attendue pour le mois de mai, devrait être l'opération de ce type la plus attendue de l'année. elle pourrait établir au passage un nouveau record pour une entreprise issue des start-up de l'internet.

Facebook a annoncé mercredi, quasiment huit ans jour pour jour après sa création par Mark Zuckerberg, son projet d'entrée en Bourse avec l'intention de lever 5 milliards de dollars.

ATS