Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

"Félicitations à Andria Zafirakou pour avoir remporté le titre de meilleur enseignant du monde, le plus beau métier du monde", a tweeté cheikh Mohammad ben Rached Al-Maktoum, souverain de Dubaï, après avoir remis le prix à la lauréate.

KEYSTONE/AP/JON GAMBRELL

(sda-ats)

La Britannique Andria Zafirakou, institutrice dans un quartier difficile de Londres, a remporté dimanche à Dubaï le prix de "meilleure enseignante du monde". La récompense est dotée d'un million de dollars.

"Félicitations à Andria Zafirakou pour avoir remporté le titre de meilleur enseignant du monde, le plus beau métier du monde", a tweeté cheikh Mohammad ben Rached Al-Maktoum, souverain de Dubaï, après avoir remis le prix à la lauréate.

Mme Zafirakou figurait parmi 10 finalistes sur 30'000 candidats du monde entier qui se sont présentés à un concours international visant à valoriser le métier d'enseignant. Elle enseigne à l'école communautaire Alperton (nord de Londres), dans un quartier pauvre et multiethnique, selon les organisateurs.

L'institutrice a appris les bases de la plupart des 35 langues parlées dans son école, et peut ainsi communiquer avec ses élèves et leurs parents, qui comptent de nombreux réfugiés. Elles a également imposé une refonte du programme scolaire pour le rendre plus proche de la vie de ses élèves.

Quatrième édition

La cérémonie de remise du prix a été marquée par la présence du champion du monde en titre de Formule 1, le Britannique Lewis Hamilton. Celui-ci a apporté le trophée sur le lieu de la cérémonie à bord d'un bolide de sport escorté par la police de Dubaï.

Le concours est organisé pour la quatrième fois par la fondation Varkey, basée à Dubaï. Le prix est financé par tranches et exige que le gagnant reste enseignant pendant au moins cinq ans.

La fondation a été créée par la famille Varkey, des Indiens installés dans les années 1950 aux Emirats arabes unis, alors protectorat britannique. Ils y ont fait fortune en créant des réseaux d'écoles privées, d'abord destinées aux enfants des expatriés occidentaux ou du sous-continent indien venus dans le Golfe après le boom pétrolier.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


Rejoignez notre page Facebook en français!

subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.









ATS