Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Les fumeuses sont trois à quatre plus exposées à un risque d'infarctus que les non-fumeuses (archives).

KEYSTONE/EDI ENGELER

(sda-ats)

Être fumeuse et avoir 40 ans et plus augmentent considérablement le risque de décès par maladie cardio-vasculaire. La Fondation suisse de cardiologie lance une campagne de prévention pour inciter cette tranche de la population à arrêter de fumer.

Chaque année, le tabagisme cause 9500 décès en Suisse, dont près de 40% sont liés à des maladies cardio-vasculaires. Celles-ci représentent la première cause de décès chez les Suissesses. Nombre de femmes minimisent toutefois ce risque, pensant que l'infarctus du myocarde ou l’attaque cérébrale concernent avant tout les hommes, écrit mercredi la Fondation suisse de cardiologie.

Les fumeuses sont particulièrement à risque: elles ont trois à quatre fois plus de chance de mourir d'une crise cardiaque que les non-fumeuses. Entre mi-mai et fin mai, la Fondation souhaite ainsi sensibiliser les femmes de plus de 40 ans qui fument. Pour ce faire, elle lance une action d'informations nationale. Pas moins de 250'000 dépliants seront distribués dans quelque 850 kiosques.

Risque divisé par deux

Ces prospectus donnent des conseils sur un mode de vie sain pour le coeur, informent des risques cardio-vasculaires et indiquent où se faire aider pour lâcher la clope. Par ailleurs, la Journée stop-tabac aura lieu le 31 mai 2016, suivie d’un concours pour arrêter de fumer.

Au bout d’un an sans tabac, la probabilité d'insuffisance coronarienne est divisée par deux, précise la Fondation. Une alimentation équilibrée, un poids corporel sain, une activité physique régulière et la réduction du stress constituent d’autres comportements à adopter au quotidien pour prévenir efficacement les maladies cardio-vasculaires.

ATS