Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Une carte postale envoyée en 1965 d'Ibach (SZ) est arrivée lundi à bon port 13 km plus loin, à Illgau (SZ). En trouvant le courrier, le fils du défunt destinataire a eu une autre surprise: la lettre étant affranchie avec 10 centimes, La Poste lui réclame 90 centimes.

La carte était bien conservée, mais l'écriture vieillotte l'a étonné, rapporte le fils à l'ats, confirmant une information du Bote der Urschweiz. Le courrier est daté du 16 décembre 1965.

Son expéditeur, un paysan de la vallée, indique au destinataire, un paysan de montagne, qu'il souhaite amener quatre jeunes bovins dans son alpage l'été suivant. Il lui souhaite en outre un "Noël bienveillant" et une bonne nouvelle année.

Pour La Poste, ce temps de distribution particulièrement long est un mystère. Peut-être la carte est-elle tombée derrière un meuble lors du tri, spécule un porte-parole, cité par le journal de Suisse centrale.

Malgré cette bévue, le timbre de 10 centimes ne couvre pas les frais de port actuels et La Poste exige un supplément 90 centimes. "Peut-être que je me laisserai aussi 50 ans pour le paiement", sourit le fils du destinataire.

ATS