Toute l'actu en bref

La finale nationale des combats de reines qui s'est déroulée dimanche à Aproz a couronné Tzigane, une vache d'un éleveur haut-valaisan. L'animal a conquis le titre suprême au terme d'un combat d'une quinzaine de minutes qui a tenu en haleine les quelque 10'000 spectateurs.

KEYSTONE/DOMINIC STEINMANN

(sda-ats)

Une centaine de vaches se sont affrontées dimanche à Aproz (VS) pour la conquête du titre de reine nationale 2017. Débutés en matinée avec les éliminatoires, les combats se sont terminés à 19h35 sur la victoire de Tzigane.

Les combats ont réuni plus de 10'000 spectateurs qui ont commencé à affluer dès le matin sous un ciel chargé de nuages. La pluie n'a pourtant pas perturbé la journée. La victoire est finalement revenue à Tzigane, en l'absence de Ruby, la reine 2016. Non portante, comme l'impose le règlement, elle n'a pas pu défendre son titre.

Le reine du jour est propriété d'un éleveur du Haut-Valais. Elle a conquis un peu plus tôt dans la journée le titre de reine de première catégorie. Le dernier combat, qui a mis aux prises les reines de chacune des quatre catégories, a tenu le public en haleine. "Une belle finale à l'issue longtemps incertaine", selon les commentateurs.

Question de poids

Le propriétaire s'est dit très heureux de la victoire de sa vache, la doyenne du jour avec ses dix ans. Il ne s'y attendait pas vraiment, même si son animal avait conquis le titre de reine de deuxième catégorie l'an dernier. Son changement de catégorie est dû à sa prise de poids. Les catégories sont dépendante du poids de l'animal.

Les vaches les plus lourdes, 673 à 857 kilos, sont en première catégorie. La 2e catégorie est composée des poids moyens de 618 à 672 kilos et la troisième catégorie des vaches pesant 553 à 617 kilos. La quatrième catégorie est composée de vaches plus jeunes, indépendamment de leur poids.

Les vaches participantes ont gagné leur billet pour la finale au cours de l'un des six combats qualificatifs organisés depuis septembre 2016. La finale nationale accueille de plus en plus de vaches venant d'autres cantons. Elles représentent environ 5% des participantes, une proportion qui augmente au fil des années.

Les vaches de la race d'Hérens sont naturellement combatives. Elles se battent dans leur troupeau, à la montée à l'alpage, pour établir une hiérarchie. Un propriétaire de reine a expliqué que sa vache monterait en toute confiance à l'alpage cet été. Dans son troupeau, la hiérarchie est déjà établie. Et la reine aura donc moins à combattre pour affirmer sa primauté.

Corne cassée et demande en mariage

La finale a aussi été animée par différentes anecdotes. Lors d'un combat, une vache s'est cassé une partie de corne. Elle a interrompu le combat. Le propriétaire a expliqué que l'animal avait déjà un problème de fragilité de cornes. Il a reçu un prix pour la vache la plus méritante.

Un autre moment d'émotion est à mettre au bénéfice d'un éleveur qui a profité de la finale pour demander sa promise en mariage au centre de l'arène entre les combats sous les applaudissements du public. La promise a visiblement accepté.

ATS

 Toute l'actu en bref