Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Boïko Borissov (au centre) place les intérêts de la Bulgarie en tête de liste (archives)

KEYSTONE/AP/Vadim Ghirda

(sda-ats)

Le chef des conservateurs bulgares Boïko Borissov a scellé jeudi un accord de gouvernement inédit en vue d'un troisième mandat à la tête de l'exécutif. Il entend gouverner avec une coalition de partis nationalistes à la rhétorique hostile aux étrangers.

"Sans accord avec cette formation, de nouvelles élections auraient été inévitables", a indiqué M. Borissov lors d'une intervention au parlement à l'issue des trois semaines de négociations qui ont suivi les législatives du 26 mars. Son parti, Gerb, arrivé en tête du scrutin devant la gauche, avec 95 sièges, était obligé de trouver un partenaire pour former une majorité au parlement (240 sièges).

Boïko Borissov n'avait pas beaucoup d'autres choix qu'une alliance avec la coalition de partis nationalistes regroupés sous l'étiquette "Patriotes unis" (PU) arrivée en troisième position avec 27 sièges.

C'est la première fois que des élus nationalistes participeront à un gouvernement en Bulgarie. Ils avaient soutenu le précédent exécutif dirigé par Boïko Borissov (2014-2016), sans entrer au gouvernement.

La Bulgarie avant tout

Patriotes unis est composé de trois partis dont la formation ultra-radicale Ataka apparue au milieu des années 2000 avec un rhétorique très agressive revendiquant "La Bulgarie aux Bulgares".

Ayant modéré leur langage lors de la campagne électorale, les nationalistes affichent cependant leur hostilité à l'égard de la minorité turque et Rom de Bulgarie, les migrants et les homosexuels.

Partisans d'un rapprochement avec la Russie, ils ne mettent cependant pas en cause l'appartenance à l'OTAN et à l'Union européenne de la Bulgarie, membre le plus pauvre de l'UE.

"Nous continuerons sans faille sur la voie de l'intégration euro-atlantique", souligne le programme commun, alors que Boïko Borissov, pilier de la vie politique bulgare dont le premier mandat remonte à 2009, s'affiche de son côté en europhile convaincu.

Le dirigeant de 57 ans a souligné jeudi qu'il faisait désormais sien le slogan des Patriotes unis, "La Bulgarie au-dessus de tout".

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.

Rejoignez notre page Facebook en français!

ATS