Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

La commission de gestion du parlement des Grisons veut une commission d'enquête parlementaire pour examiner l'affaire des accords illicites sur le marché de la construction (photo symbolique).

KEYSTONE/GIAN EHRENZELLER

(sda-ats)

La commission de gestion du parlement grison veut qu'une commission d'enquête (CEP) fasse toute la lumière sur les accords illicites dans le secteur de la construction. La CEP devra notamment examiner le rôle des autorités et des services administratifs.

Plusieurs médias ont fait état de l'implication éventuelle de membres des autorités et de services administratifs dans le scandale des adjudications manipulées, a indiqué jeudi la commission de gestion. La CEP devra aussi examiner la façon dont les autorités se sont comportées avec le lanceur d'alerte qui a révélé toute l'affaire.

Les compétences d'une CEP vont plus loin que celle de la commission de gestion. La création d'une CEP s'impose en raison de la complexité de l'affaire, a souligné la commission de gestion. Le parlement devra décider de la création d'une CEP dans sa session du 11 au 13 juin.

Enquête externe

Mardi, le gouvernement grison a annoncé qu'il va faire examiner par une personne externe au canton l'affaire des adjudications manipulées. Cette personne devra aussi se prononcer sur une opération policière qui visait le lanceur d'alerte.

L'affaire des ententes illicites en Basse-Engadine a été révélée le 26 avril. La COMCO a sanctionné sept entreprises de construction pour un total de 7,5 millions de francs. Les amendes peuvent être contestées devant le Tribunal administratif fédéral.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


Rejoignez notre page Facebook en français!

subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.









ATS