Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Une réunion d'opposants syriens a tourné au pugilat mardi au Caire. Un groupe de Kurdes syriens a quitté la salle "parce que la conférence a refusé le droit à la reconnaissance du peuple kurde", a expliqué Abdel Aziz Othman, du Conseil national kurde.

"C'est injuste et nous n'accepterons plus d'être marginalisés", a-t-il ajouté. Le départ des Kurdes a provoqué le chaos et des cris de "Scandale, scandale !" chez certains délégués. Des femmes ont éclaté en sanglots lorsque des hommes se sont échangés des coups, le personnel de l'hôtel où se tenait la réunion s'empressant d'évacuer les tables et les chaises.

Seize mois après le début du soulèvement contre Bachar al Assad, l'incapacité de l'opposition à unir tous les courants politiques, ethniques et religieux de la "mosaïque" syrienne derrière une direction unifiée fait le jeu du chef contesté de l'Etat syrien Bachar al-Assad. Elle rend aussi plus difficile l'indispensable reconnaissance de la communauté internationale.

Une trentaine de centres de torture

Par ailleurs, les services des renseignements syriens ont mis en place un réseau de 27 centres de torture, a dit l'ONG Human Rights Watch (HRW) dans un rapport publié mardi. Les détenus y sont battus, brûlés ou encore agressés sexuellement.

L'organisation humanitaire précise que ces centres sont répartis dans les régions de Damas, Alep, Homs, Lattaquié, Idlib et Deraa, et utilisés depuis le début de la répression du soulèvement antigouvernemental en mars 2011.

HRW détaille 21 méthodes utilisées: entre autres, les détenus sont battus à coups de bâton ou de câble, brûlés à l'acide, leurs ongles sont arrachés. Elle y voit "une politique d'Etat de torture et de mauvais traitements, ce qui constitue un crime contre l'humanité".

Le rapport de l'ONG repose sur plus de 200 témoignages de personnes affirmant avoir été torturées. Selon HRW, des dizaines de milliers de Syriens ont été détenus par les services de renseignements militaires, la police politique, les services généraux de renseignements et les services de renseignements de l'armée de l'air.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.

Rejoignez notre page Facebook en français!

ATS