Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

La Suisse participera aux négociations préalables en vue du sommet de l'ONU sur le développement durable baptisé Rio+20, qui s'ouvriront le l9 mars à New York. Le Conseil fédéral a approuvé vendredi le mandat de négociation de la délégation helvétique.

La Suisse doit oeuvrer pour que la communauté internationale convienne à Rio d'une série de mesures et d'objectifs concrets en faveur d'une économie verte compatible avec le développement durable et de la réduction de la pauvreté. Le Conseil fédéral souhaite aussi que des délais soient fixés.

Il a des ambitions concrètes pour une série de domaines: plans d'action nationaux en faveur d'une économie verte, meilleure utilisation des ressources et prise en compte du développement durable par les grandes entreprises, encouragement public de politiques d'achat durables, transparence accrue du marché, ou encore abolition progressive des subventions aux énergies fossiles.

Intégrer la société civile

Les effets environnementaux de l'économie et de la consommation doivent également être mieux mesurés. La Suisse soutiendra par exemple la création d'un programme sur dix ans visant à développer des comportements de consommation et de production durables.

Berne veut également renforcer la gouvernance internationale du développement durable et une meilleure intégration de la société civile dans le débat. Le gouvernement préconise la création d'un Conseil mondial de la durabilité (Global Sustainability Council) directement subordonné à l'Assemblée générale de l'ONU.

La délégation suisse sera conduite par l'ambassadeur Franz Perrez, chef de la division affaires internationales de l'Office fédéral de l'environnement. Le Conseil fédéral se prononcera début juin sur sa composition pour la conférence Rio+20 elle-même, qui se tiendra à Rio du 20 au 22 juin.

ATS