Navigation

Sauter la navigation

Fonctionnalités principales

Une démonstration et une éclosion

L'équipe de Suisse a livré un véritable récital face à un insignifiant Panama, renvoyé à ses études 6-0 en match de préparation pour la Coupe du monde.

Cette rencontre a confirmé l'impression de quatre jours plus tôt en Grèce: Mario Gavranovic est indiscutable dans la liste des vingt-trois.

La méthode Petkovic a clairement porté ses fruits, et ce dès les premières minutes. En changeant huit joueurs par rapport au coup d'envoi du test de vendredi à Athènes (1-0), pour revenir à une configuration mieux maîtrisée (4-3-3) et, par conséquent, en donnant une chance à bon nombre de "coiffeurs", le sélectionneur a offert à son équipe un nouveau souffle. Un souffle de vie.

Un engagement irréprochable, une saine agressivité dans les duels - presque tous remportés - et du jeu. Encore du jeu. Toujours du jeu. Rapide, tourné vers l'avant. Un match de patrons face à des adversaires d'une faiblesse qui en dit long sur le niveau des qualifications de la zone CONCACAF.

Oui, le Panama sera également à la Coupe du monde et si la Suisse doute encore de son football et de certains de ses hommes, à deux mois et demi du Mondial, quel maelström doit agiter les méninges du sélectionneur panaméen Hernan Dario Gomez ! Il faut se réjouir des Coupes du monde à quarante-huit équipes, dès 2026...

L'équipe nationale a frôlé la perfection, à l'image notamment d'un Gelson Fernandes bluffant au milieu du terrain. C'est du reste le Valaisan qui, d'une longue passe dans l'axe, a brisé les lignes et provoqué le 1-0 signé par l'excellent Blerim Dzemaili à la 22e. Le joueur de Bologne, déjà buteur vendredi en Grèce et qui affiche désormais dix réalisations en sélection, a ensuite provoqué le penalty du 2-0 transformé par un Granit Xhaka impérial (31e).

Un ton en dessous jusque-là, Breel Embolo a subtilement marqué le troisième but à la 33e. Puis Steven Zuber le quatrième à la 39e, après un bon travail de Gavranovic, lequel avait déjà été passeur décisif pour Dzemaili. Le Tessinois, titularisé en pointe, a pour la deuxième fois consécutive marqué de précieux points et était récompensé de ses efforts à la 49e.

Après ces deux rencontres, le constat et clair: le buteur du Dinamo Zagreb est actuellement le meilleur avant-centre du pays et sera, sauf blessure, dans l'avion pour la Russie. Le sixième but a été inscrit par Fabian Frei à la 68e.

Difficile, dans un tel match à sens unique, de juger les performances des acteurs défensifs qui, eux aussi, sont à la lutte pour une place dans le onze au Mondial. Associé à un Nico Elvedi très à son affaire dans l'axe, Johan Djourou a livré la marchandise et a, comme souvent, permis au bloc helvétique d'évoluer quelques mètres plus haut sur le terrain. La paire Fabian Schär-Manuel Akanji, que la presse alémanique appelle de ses voeux, n'a pas encore gagné.

Roman Bürki a par la force des choses vécu une soirée tranquille. Mais le portier de Dortmund a été présent sur les ballons aériens et a réalisé une belle parade sur un tir de l'ancien du LS Gabriel Torres à la 26e. S'il ne peut pas prétendre déboulonner Yann Sommer sur cette prestation, au moins n'a-t-il pas commis LA bourde qui aurait balayé ses minces espoirs.

Mots clés

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.