Navigation

Une deuxième ville chinoise mise en quarantaine près de Wuhan

La ville de Wuhan a été placée en quarantaine. KEYSTONE/AP/MAS sda-ats
Ce contenu a été publié le 23 janvier 2020 - 13:14
(Keystone-ATS)

Une deuxième ville de Chine devait être placée en quarantaine de facto jeudi, dans le but d'enrayer l'épidémie de nouveau cas de coronavirus. Une mesure similaire a déjà été mise sur pied dans la métropole de Wuhan.

La circulation des trains à Huanggang, une ville de 7,5 millions d'habitants située à 70 km à l'est de Wuhan, sera interrompue jusqu'à nouvel ordre en toute fin de journée, a annoncé la mairie.

La ville de Pékin a quant à elle annoncé l'annulation des très populaires festivités prévues à l'occasion du Nouvel An chinois, en raison de l'épidémie virale qui a déjà tué 17 personnes en Chine.

Le congé du Nouvel An démarre vendredi pour une semaine. Les Pékinois se rassemblent habituellement à cette occasion par centaines de milliers dans des parcs pour assister aux danses traditionnelles du lion et du dragon.

À Hong Kong, les autorités ont transformé deux camps de vacances en zones de quarantaine destinées aux personnes ayant été en contact avec des porteurs du nouveau coronavirus. Le territoire semi-autonome a été placé en "alerte élevée" après l'apparition de ce virus, qui a déjà fait 17 morts dans la métropole chinoise de Wuhan.

Hong Kong se prépare

Ces deux sites avaient déjà été utilisés comme centres de quarantaine lors de l'épidémie de SRAS (syndrome respiratoire aigu sévère) qui, il y a 17 ans, avait fait près de 300 victimes à Hong Kong.

Jusqu'à présent, deux personnes sont porteuses à Hong Kong de ce nouveau coronavirus de la famille du SRAS. Toutes deux étaient récemment à Wuhan et elles ont été placées à l'isolement dans un hôpital.

La région de Macao, distante d'une trentaine de kilomètres de l'ex-colonie britannique, a également fait état cette semaine de deux cas. L'office de tourisme de l'ex-colonie portugaise a annulé toutes les festivités prévues à l'occasion du Nouvel An lunaire.

À Dubaï, les voyageurs en provenance de Chine seront soumis aux caméras thermiques à leur arrivée à l'aéroport, l'un des plus importants au monde, ont annoncé les autorités. L'épidémie, qui a contaminé plus de 500 personnes depuis décembre, s'est propagé à d'autres pays: États-Unis, Corée du Sud, Thaïlande, Taïwan, Hong Kong, Japon.

D'autres aéroports internationaux ont pris des mesures similaires, ciblant en particulier les passagers provenant de la métropole de Wuhan, épicentre de l'épidémie, notamment aux États-Unis, en Russie, en Australie, au Népal, à Singapour, en Malaisie, au Vietnam, au Bangladesh, en Inde et en Thaïlande.

Cet article a été importé automatiquement de notre ancien site vers le nouveau. Si vous remarquez un problème de visualisation, nous vous prions de nous en excuser et vous engageons à nous le signaler à cette adresse: community-feedback@swissinfo.ch

Partager cet article

Joignez-vous à la discussion

Avec un compte SWI, vous avez la possibilité de faire des commentaires sur notre site web et l'application SWI plus.

Connectez-vous ou inscrivez-vous ici.