Toute l'actu en bref

Les forces anti-émeutes à l'oeuvre lors d'une manif à Paris en 2016 (archives)

KEYSTONE/EPA/ETIENNE LAURENT

(sda-ats)

Onze jeunes entre 17 et 19 ans ont été arrêtés mardi dans le cadre de l'enquête sur l'agression en octobre de policiers à Viry-Châtillon (Essonne), au sud de Paris. L'affaire avait déclenché un mouvement de colère sans précédent des forces de l'ordre.

Neuf suspects ont été interpellés par la Sûreté départementale de l'Essonne à Grigny, une commune jouxtant Viry-Châtillon, a communiqué mardi le procureur d'Evry, Eric Lallement. Les deux dernières interpellations ont eu lieu à Etampes (Essonne) et dans une commune de Seine-et-Marne.

"Ces interpellations, qui constituent une étape importante dans les investigations engagées depuis plus de 3 mois, devraient permettre de compléter certaines informations dont disposent les enquêteurs, d'entendre et de confronter des personnes, dont certaines sont susceptibles d'avoir participé aux faits", a précisé le procureur.

Lors des perquisitions, seuls des téléphones portables et des ordinateurs ont été saisis. Aucune arme ou produit stupéfiant n'ont en revanche été découverts.

Neuf suspects sont majeurs - mais quatre d'entre eux étaient mineurs au moment des faits - et deux sont actuellement mineurs, a encore indiqué le procureur d'Evry. L'un d'eux a déjà été condamné par un tribunal pour enfants et deux autres personnes sont mises en examen sous contrôle judiciaire dans le cadre d'affaires distinctes.

Policiers dans la rue

La fronde suscitée l'automne passé par l'agression au cocktail Molotov de quatre policiers, dont deux ont été blessés grièvement, avait pris une forme inédite: des policiers avaient décidé de manifester plusieurs jours de suite hors de tout cadre syndical.

Le policier grièvement brûlé est sorti de l'hôpital à la mi-décembre mais est toujours en rééducation dans un centre spécialisé. Une femme policière doit, elle, encore bénéficier de soins.

ATS

 Toute l'actu en bref