Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Une double explosion a fait au moins 49 morts et 71 blessés jeudi après-midi dans le marché central de Gombe, dans le nord-est du Nigeria, selon les secours et des témoins. Les attentats n'ont pas été revendiqués, mais Boko Haram a déjà attaqué cette ville.

La première déflagration a eu lieu vers 17h20 devant une boutique de chaussures remplie de clients. La seconde s'est produite à peine deux minutes plus tard, à proximité immédiate, selon un marchand.

"Nous avons conduit les victimes dans deux hôpitaux: l'hôpital fédéral et l'hôpital d'Etat. A l'hôpital fédéral, nous avons 35 morts et 50 blessés, et à l'hôpital d'Etat, nous avons 14 morts et 21 blessés", a déclaré un responsable des secours sous couvert d'anonymat. Il a précisé que "les blessés sont dans un état critique", et que "certains pourraient ne pas survivre".

Selon le responsable, "de nombreuses femmes et des enfants font partie des victimes. Le lieu de l'explosion était bondé".

On ignorait dans l'immédiat qui est à l'origine des explosions, mais un marché, un stade et la gare routière de la ville ont déjà été le théâtre d'attentats ces derniers mois. Le groupe islamiste Boko Haram avait revendiqué en février une attaque à Gombe, lors de laquelle des centaines d'insurgés avaient envahi la ville pendant quelques heures, tirant à l'arme lourde.

Gombe se trouve au sud des États de Borno, Yobe et Adamawa, les plus durement touchés par l'insurrection de Boko Haram, qui a fait plus de 15'000 morts au Nigeria depuis six ans.

Le nouveau président nigérian Muhammadu Buhari a promis de faire de la lutte contre le groupe islamiste sa priorité. Mais depuis sa prise de fonctions le 29 mai, son pays est en proie à une vague d'attaques des islamistes qui a déjà fait plus de 660 victimes, selon un décompte de l'AFP.

ATS