Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Un petit air de printemps a régné ce vendredi sur la Suisse. Il a fait 10 à 15 degrés Celsius en plaine au nord des Alpes ainsi qu'en moyenne montagne. Le mercure a même atteint près de 20 degrés dans le sud du Tessin et deux records ont été enregistrés dans le canton.

Alors que la première moitié du mois s'était distinguée par des températures glaciales, une masse d'air très doux s'est installée sur la Suisse. Il a fait par endroits 30 degrés de plus qu'il y a deux semaines, a précisé le service météorologique privé MeteoNews.

A basse altitude, les thermomètres ont mesuré 15 degrés à Sion, 14 degrés à Zurich et Viège (VS) ou encore 13 degrés à Movelier (JU). En moyenne montagne, le redoux a été comparativement encore plus marqué avec 14,6 degrés à Grächen (VS), 11,4 degrés à La Chaux-de-Fonds ou 10,3 degrés à Crans-Montana (VS), hôte de la Coupe du Monde de ski alpin ce week-end.

La douceur va se maintenir

MétéoSuisse a pour sa part mesuré au Tessin deux records pour un mois de février. Le premier dans le nord du canton, à Piotta, où il a fait 17,2 degrés et le second à Cimetta, à 1661 mètres d'altitude sur les hauts de Locarno, avec 14,1 degrés.

La douceur sera encore bien présente samedi, même s'il fera un peu plus frais, a annoncé MeteoNews. Les températures printanières devraient perdurer au moins jusqu'en milieu de semaine prochaine.

Sécheresse historique

La vague de froid a masqué le fait que ce début février a été "dramatiquement sec", a également relevé MétéoSuisse. Le mois n'a pas seulement été "historiquement froid", mais aussi "historiquement sec", a insisté l'Office fédéral de météorologie.

Ainsi, au sortir de l'hiver, la plupart des cours d'eau montrent des débits de 50% inférieurs à la normale en cette période de l'année. Les rivières du bassin lémanique, du Jura et des Préalpes sont particulièrement touchées.

Le débit des rivières valaisannes, ainsi que du Rhône, dépassent en revanche les normes saisonnières, relativise le service météorologique. Il impute cette abondance d'eau à un enneigement particulièrement important.

ATS