Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Berne - Le patron du contre-espionnage français Bernard Squarcini a confirmé mercredi soir qu'une enquête avait été menée pour déterminer l'origine de rumeurs d'infidélité dans le couple Sarkozy. Carla Bruni a pour sa part réfuté la thèse du complot.
"J'ai été saisi courant mars par le directeur général de la police nationale, Frédéric Péchenard, afin d'essayer de déterminer si les rumeurs visant le couple présidentiel ne cachaient pas une éventuelle tentative de déstabilisation", a dit au site Mediapart Bernard Squarcini, patron de la Direction centrale du renseignement intérieur (DCRI).
Bernard Squarcini précise qu'ont été menées "des investigations techniques, notamment informatiques". il assure en revanche qu'il n'y a pas eu d'écoutes téléphoniques et dit que l'enquête n'a pas concerné l'ex-ministre Rachida Dati.
Auparavant, dans la soirée, Carla Bruni, épouse du chef de l'Etat, avait nié l'existence d'une enquête "de police" lors d'un entretien sur Europe 1. "On ne fait pas une enquête sur des commérages (...) C'est inimaginable de dire une chose pareille", avait-elle dit.
"Je suis venue pour éviter qu'une affaire qui n'a aucune importance prenne des proportions que je trouve ridicules. Ces rumeurs sont pour mon mari et pour moi-même insignifiantes", a-t-elle assuré. "Je considère que nous ne sommes victimes d'aucun complot, les rumeurs ont toujours existé. Il n'y a pas de complot, il n'y a pas vengeance, ça ne nous concerne en rien et on a tourné la page depuis belle lurette", a-t-elle ajouté.
Elle a précisé que Rachida Dati gardait la confiance de l'Elysée. "L'accusation qui dirait que Rachida Dati a propagé ces rumeurs est une rumeur. Je n'y crois donc pas. Elle reste tout à fait notre amie", a-t-elle dit.
Cet entretien vient contredire les propos de Pierre Charon, conseiller de Nicolas Sarkozy, et de Thierry Herzog, avocat du chef de l'Etat, qui ont évoqué publiquement ces derniers jours l'hypothèse d'une machination.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.








Teaser Longform The citizens' meeting

Teaser Longform The citizens' meeting

1968 en Suisse

ATS