Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Les traditionnels défilés du 1er mai, qui célèbrent la fête du travail en Europe et dans le monde, ont eu lieu mardi sur fond de crise du modèle social européen et de programmes d'austérité. Ils ont notamment mobilisé plus de 100'000 manifestants en Espagne.

Les Espagnols ont défilé dans 80 villes dans un pays marqué par la crise, des coupes budgétaires sans précédent ainsi qu'une réforme du travail introduite par le gouvernement conservateur pour tenter de réduire un taux de chômage record.

En Grèce, également frappée par une politique de rigueur encore plus sévère, des milliers de personnes ont participé aux manifestations à Athènes et dans d'autres villes. Selon la police, plus de 18'000 personnes ont manifesté dans tout le pays.

"Provocation"

En France, des dizaines de milliers de personnes se sont rassemblées pour dire non à l'austérité, imposée selon eux par l'Union européenne.

Près de 290 cortèges étaient annoncés par la CGT, dont le plus important à Paris, où les marcheurs ont été précédés par une manifestation du Front national et où ils ont défilé pendant un meeting géant organisé par le président sortant Nicolas Sarkozy.

Au Portugal, des milliers de personnes se sont rassemblées à Lisbonne et dans plusieurs autres villes avec pour mot d'ordre la lutte pour l'emploi et contre l'appauvrissement du pays actuellement sous assistance financière. "Il est temps de dire basta!", "nous voulons un avenir", "contre la précarité", pouvait-on lire sur de nombreuses pancartes.

Incidents en Turquie

A Istanbul, en Turquie, des dizaines de milliers de manifestants venant de tous bords politiques ont convergé vers la place Taksim, sur la rive européenne de la métropole, où des dizaines de personnes avaient été tuées il y a 35 ans.

La manifestation a été marquée par des incidents lorsqu'un groupe anarchiste d'une centaine de personnes, la plupart cagoulées, ont brisé les vitres de plusieurs succursales de banques et de magasins dans le quartier de Mecidiyeköy. Les casseurs ont été pris en chasse par la police anti-émeutes.

ATS