Toute l'actu en bref

Les parents d'Adeline ont livré jeudi un témoignage poignant devant le Tribunal criminel de Genève.

KEYSTONE/SALVATORE DI NOLFI

(sda-ats)

Le procès de Fabrice A. s'est poursuivi jeudi à Genève avec les témoignages poignants de la famille de la jeune sociothérapeute sauvagement assassinée. Sa maman a décrit l'horreur de perdre son enfant de cette manière.

"On arrive à apprivoiser sa mort, mais nous n'accepterons jamais la manière", a déclaré devant le Tribunal criminel, la mère de la victime. "Nous portons de manière très lourde l'horreur qu'elle a subie", a-t-elle souligné. "Tout notre entourage a été anéanti."

Elle a évoqué l'incompréhension de la fille d'Adeline, huit mois au moment du drame, ce "rayon de soleil qui doit grandir sans sa maman". L'enfant ne comprend pas pourquoi sa maman ne descend pas du ciel pour les rejoindre, explique-t-elle.

Elle a aussi décrit Adeline, comme une fille joyeuse, à l'écoute et aimée des autres, empathique, intelligente et bienveillante. Elle a subi le "paroxysme du mal", explique sa maman. Elle estime que rien n'arrêtera Fabrice A. et demande un internement à vie pour que l’assassin de leur "Adeline adorée" ne sorte jamais.

ATS

 Toute l'actu en bref