Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Le gendarme des marchés financiers au Japon a accusé les filiales de négoce nippones des banques suisse UBS et américaine Citigroup d'avoir tenté de manipuler les taux interbancaires, selon des médias japonais. Ces manipulations remonteraient au moins à 2007.

L'instance de régulation a affirmé que des courtiers d'UBS Securities Japan et de Citigroup Global Markets Japan avaient tenté d'influer sur le processus de fixation du taux interbancaire de Tokyo (Tibor) et du taux interbancaire de Londres (Libor) au moins à partir de 2007.

Opérations "malveillantes"

Les opérations dénoncées ont été "injustes et malveillantes, car elles auraient pu rompre l'équité des marchés", a souligné le régulateur. Ce dernier a demandé à l'Agence des services financiers du Japon (FSA), dépendant du ministère des Services financiers, de pénaliser les deux entreprises.

Elle a souligné qu'un des employés mis en cause était un courtier britannique spécialiste du négoce des produits dérivés qui opérait chez UBS Securities Japan en 2007, puis chez Citigroup Global Markets Japan à partir de 2009. Le courtier britannique concerné ne travaille actuellement plus pour Citigroup, ont précisé les médias.

Le Tibor et le Libor correspondent aux taux d'intérêt moyens que les banques pratiquent lorsqu'elles se prêtent de l'argent entre elles, respectivement sur les places de Tokyo et Londres. Ils servent aussi de référence pour calculer les taux d'intérêt pratiqués sur d'autres types de prêts, comme ceux accordés aux entreprises

ATS