Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

L'Allemagne n'en finit plus de bluffer son monde !

Après avoir évincé successivement la Suisse et la Suède, la sélection germanique a signé un exploit majuscule en s'offrant le Canada (4-3) pour se qualifier pour sa première finale olympique, où elle affrontera dimanche les athlètes olympiques de Russie.

Personne n'aurait sans doute osé miser sur une victoire allemande face au Canada, double tenant du titre aux JO. Les Nord-Américains sont certes privés de leurs stars de la NHL, mais ils présentaient tout de même une formation largement plus cotée que celle des Allemands.

Et pourtant, les Canadiens sont passés à côté de leur demi-finale. Brouillons, nerveux et beaucoup trop indisciplinés, ils ont payé cher leurs pénalités, à l'image de celles qui ont amené l'ouverture du score allemande à la mi-match, par Brooks Maceks, alors que les Canadiens évoluaient à 3 contre 5.

Comme paniqués par ce but, les joueurs à la feuille d'érable se sont aveuglément rués à l'attaque, laissant des boulevards en défense. Redoutables d'efficacité, les Allemands en ont profité pour prendre le large par Matthias Plachta, Frank Mauer et Patrick Hager. Les Canadiens sont bien revenus dans l'ultime tiers, mais les Allemands, héroïques, ont tenu jusqu'au bout pour infliger un terrible camouflet à la sélection dirigée par Willie Desjardins et son assistant Craig Woodcroft, le coach de Genève-Servette.

La Russie assume

Dimanche dès 5h10 (en Suisse), l'Allemagne affrontera la Russie sous bannière olympique, victorieuse 3-0 de la République tchèque dans la première demi-finale

Le hockey russe ne s'était plus qualifié pour une finale olympique depuis 20 ans. C'est dire qu'elle était attendue, et qu'elle permettra de gommer un peu l'affront subi en 2014 à Sotchi, où les Russes avaient été éliminés dès les quarts de finale devant leur public.

Vendredi face aux Tchèques, le Team OAR a ouvert la marque à la mi-match par Nikita Gusev, bien servi par Pavel Datsyuk. Le 2-0 est tombé... 27 secondes plus tard sur un contre conclu par Vladislav Gavrikov. Ces deux buts coup sur coup ont fait très mal aux Tchèques, qui n'ont jamais pu revenir dans la partie. C'est finalement Ilya Kovalchuk qui a scellé le score dans la dernière minute, dans la cage vide.

Battus en ouverture de tournoi par la Slovaquie, les Russes ont ensuite dominé allègrement tous leurs adversaires, confirmant leur statut de favoris en l'absence des joueurs de NHL. Il leur reste désormais à conquérir l'or, histoire de mettre fin à une longue disette. Car si la Sbornaya a disputé sa dernière finale olympique en 1998 à Nagano - défaite contre les Tchèques -, son dernier titre remonte à l'édition d'Albertville en 1992, lorsque les Russes - alors réunis sous les couleurs de la CEI - de Slava Bykov et Andreï Khomutov avaient battu le Canada en finale.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


Rejoignez notre page Facebook en français!

subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.









ATS