Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Un important dispositif de décurité a été déployé à Genève pour encadrer les supporters bâlois et valaisans.

KEYSTONE/VALENTIN FLAURAUD

(sda-ats)

Genève n'a pas été mise à feu et à sang jeudi pour la finale de la Coupe de Suisse. Quelques incidents ont éclaté, mais la police a très vite recadré les supporters excités, notamment en tirant des balles en caoutchouc.

Avec près de 30'000 supporters attendus dans les rues genevoises, les craintes étaient fortes au bout du lac. Mais au final, la police qui avait déployé un impressionnant dispositif, déplore très peu de dégâts matériels. Elle a procédé à une vingtaine d'interpellations.

Groggys après la défaite de leur équipe par 3 à 0, la grande majorité des Valaisans ont rapidement quitté les lieux dans les trains spéciaux et les cars. Les Bâlois, qui devaient aussi rentrer directement en train, ont finalement défilé dans les rues. Un affrontement entre les deux camps a eu lieu aux abords du stade. La police est rapidement intervenue, selon le porte-parole.

Cette journée sous haute tension a débuté tôt le matin avec l'arrivée des supporters par cars et par trains. Les fans du FC Sion et du FC Bâle ont rapidement envahi la ville avant de se regrouper à la gare pour les départs des cortèges.

Les Valaisans avaient rendez-vous devant Cornavin et les Bâlois derrière, dans le quartier des Grottes, pour éviter qu'ils ne se croisent. De gros pétards et des fumigènes ont été tirés sur les quais et dans le hall de la gare.

Des balles en caoutchouc

Du côté des Valaisans, l'ambiance est rapidement devenue électrique. Des slogans anti-Genevois et anti-Servettiens, les ennemis quasi héréditaires des supporters du FC Sion, ont été scandés. Le récent caillassage du car du Servette par des fans valaisans laissait aussi craindre une vengeance.

Chauffés par l'alcool et le soleil, les supporters sont devenus de plus en plus excités. Sur la Plaine de Plainpalais, quelques doigts d'honneur en leur direction ont suffi à mettre le feu aux poudres. Une équipe de supporters a couru en direction des agitateurs.

Les policiers ont immédiatement tiré des balles en caoutchouc en direction des supporters. Tous ont regagné le cortège. Quelques interpellations ont été effectuées dans la foulée de cet incident.

Bâlois bruyants

Du côté bâlois, aucun incident notable ne s'est produit sur le parcours du cortège. Les ultras menaient le bal en tête du cortège. Tous, sans exception, étaient vêtus d'un T-shirt noir sur lequel était écrit: "Sion muess falle" (Sion doit tomber), en référence à l'invincibilité sédunoise en finale de la coupe de Suisse à laquelle les Bâlois ont finalement réussi à mettre fin. Le cortège était bruyant mais discipliné.

La finale de la Coupe de Suisse ne s'était plus déroulée à Genève depuis 1929. A la suite des déprédations qui avaient été commises en marge du match il y a trois ans, Berne avait renoncé à accueillir l'événement. Les frais liés aux mesures de sécurité seront partagés entre le canton de Genève et l'Association suisse de football. Un bilan sécuritaire sera tiré vendredi par la police genevoise.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.

Rejoignez notre page Facebook en français!

ATS