Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Les forces du régime, appuyées par les frappes russes, ont réussi début septembre à briser le siège de l'EI sur la partie gouvernementale dans la ville de Deir Ezzor et chassé les djihadistes de plusieurs quartiers.

KEYSTONE/EPA SANA/SANA HANDOUT

(sda-ats)

Une force syrienne anti djihadistes soutenue par les Etats-Unis a accusé pour la première fois samedi l'aviation russe d'avoir bombardé ses combattants dans l'est de la Syrie, pays ravagé par la guerre. Moscou nie.

C'est la première fois que les Forces démocratiques syriennes (FDS) disent avoir été la cible de raids aériens de la Russie, alliée du régime syrien dans le conflit. Elles avaient déjà accusé le régime de les avoir bombardées dans la province voisine de Raqa.

Dans cette guerre complexe aux multiples protagonistes, les forces soutenues par les Russes et celles soutenues par les Etats-Unis mènent des offensives distinctes pour chasser le groupe djihadiste Etat islamique (EI) de Deir Ezzor, la dernière province qu'il contrôle quasi totalement en Syrie.

L'offensive des pro régime se concentre sur la ville même de Deir Ezzor, capitale de la province du même nom et située dans l'ouest de la province riche en pétrole. Celle des FDS, une alliance de combattants arabes et kurdes appuyée par l'aviation étasunienne, vise à chasser les djihadistes de l'est de la province.

Six blessés

Samedi, les raids russes et du régime ont visé les FDS dans cette région. "Nos forces ont été la cible d'une attaque de l'armée de l'air russe et du régime dans la zone industrielle", au nord-est de la ville de Deir Ezzor, on indiqué les FDS dans un communiqué. "Six combattants ont été blessés".

"Au moment où nos forces remportent de grandes victoires contre l'EI (..), certaines parties tentent d'entraver l'avancée de nos troupes", ont accusé les FDS.

L'armée russe a pour sa part nié avoir bombardé des forces soutenues par les Etats-Unis dans la province syrienne de Deir Ezzor. "Ce n'est pas possible. Pourquoi les bombarderions-nous?", a réagi le porte-parole Igor Konashenkov.

"Les munitions russes ont touché un lieu dont les Russes savaient qu'il comprenait des Forces démocratiques syriennes et des conseillers de la coalition. Plusieurs combattants des FDS ont été blessés et soignés après la frappe", a indiqué samedi la coalition, précisant qu'aucun de ses conseillers militaires n'avait été blessé.

Damas va combattre les FDS

Le régime syrien est très méfiant à l'égard des FDS, dont les forces kurdes sont la principale composante. Les Kurdes de Syrie ont déjà créé une région fédérale dans les zones qu'ils contrôlent, provoquant l'ire du pouvoir.

Vendredi, la conseillère du président Bachar al-Assad, Bouthaina Chaabane, a prévenu que le régime allait combattre "les FDS, l'EI ou toute force étrangère illégitime présente sur le territoire". "Les FDS tentent, sous les ordres des Américains de parvenir aux régions pétrolières pour les contrôler. Ils n'y parviendront pas", a-t-elle dit.

Les forces du régime, appuyées par les frappes russes, ont réussi début septembre à briser le siège de l'EI sur la partie gouvernementale dans la ville de Deir Ezzor et chassé les djihadistes de plusieurs quartiers. Elles contrôlent désormais 65% de la ville et cherchent à assiéger totalement les djihadistes dans la cité.

Ei ébranlé mais pas mort

Une perte de cette province ébranlerait l'organisation ultraradicale, qui n'aurait plus que des poches dans la ville de Raqa et dans le centre et le sud du pays. Une offensive des FDS est en outre en cours à Raqa pour en déloger totalement les djihadistes.

L'EI, responsable d'attentats sanglants en Occident, a vu son pouvoir se rétrécir comme peau de chagrin en Syrie et en Irak voisin après une montée en puissance fulgurante en 2014.

Mais malgré ses défaites sur le terrain, l'organisation djihadiste parvient encore à frapper avec des attentats dans ces deux pays et à l'étranger.

Déclenché en mars 2011 par la répression de manifestations pro démocratie, le conflit en Syrie a fait plus de 330'000 morts et des millions de déplacés.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.

Rejoignez notre page Facebook en français!

ATS