Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Le trafic des avions au départ et à l'arrivée des deux principaux aéroports belges, Bruxelles et Charleroi, était fortement perturbé mardi. Il devait le rester une bonne partie de la soirée, ont indiqué les autorités aéroportuaires.

Les perturbations sont dues à un mouvement d'humeur d'une partie du personnel de Belgocontrol, la société chargée de la sécurité du trafic aérien dans le ciel belge, qui proteste contre les termes d'un accord signé plus tôt dans la journée pour mettre fin à un conflit social entamé à la mi-mars.

En début de soirée, la situation restait compliquée pour les voyageurs, alors que l'aéroport international de Bruxelles-Zaventem se remet à peine du sanglant double attentat-suicide qui l'a frappé le 22 mars.

L'aéroport a tout d'abord été entièrement à l'arrêt, sans aucun mouvement d'atterrissage ou de décollage pendant une trois quarts d'heures à partir de 17h00. Puis une quinzaine de mouvement ont été programmés entre 17h45 et 19h45, avant une nouvelle interruption totale prévue entre 19h45 et 20h30. Ensuite, 16 nouveaux vols sont prévus entre 20h30 et 22h15, selon le porte-parole de Belgocontrol.

Voie d'accès fermée

L'Association du transport aérien international (IATA) a vivement "condamné" dans un communiqué le mouvement de grève. "Cette action de contrôleurs aériens est un coup de poing dans la figure de tous ceux qui, dans les compagnies aériennes et à l'aéroport, ont travaillé si dur pour connecter à nouveau Bruxelles au reste du monde après les épouvantables attaques terroristes d'il y a trois semaines à peine", a estimé l'organisation basée à Genève.

"Il s'agit d'un sommet d'irresponsabilité", a estimé le patron de l'IATA, Tony Tyler, dont l'association représente quelque 260 compagnies aériennes.

En outre, la voie d'accès à l'aéroport de Bruxelles, où des embouteillages monstres ont eu lieu depuis lundi en raison de contrôles de police renforcés après les attentats, a été fermée pendant trois heures en fin d'après-midi par la police après la découverte d'un "véhicule suspect en raison de sa plaque d'immatriculation". Après un contrôle du service de déminage, la circulation a été rétablie vers 21h30.

ATS