Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Un naufrage d'une heure avant une éclaircie qui n'a toutefois pas suffi à éviter la deuxième défaite de l'année: la Suisse a vécu une drôle de soirée dans la City Arena de Trnava.

Battue 3-2 par la Slovaquie, la Suisse entame mal sa campagne de préparation pour le prochain Championnat d'Europe en France. Elle nous doit une revanche ce mardi à Vienne face à l'Autriche, un adversaire d'un tout autre calibre que la Slovaquie. Un deuxième "couac" rendrait l'hiver de Vladimir Petkovic "difficile".

Le sélectionneur doit tirer très vite les enseignements qui s'imposent après les 55 minutes infernales de Trnava sanctionnées par un score de 3-0 qui faisait tache. Relégué au bout du banc à Hoffenheim, Fabian Schär manque à la fois de rythme et de confiance pour "survivre" en sélection. Le constat vaut également pour Gökhan Inler, un capitaine qui n'a, à aucun moment, réussi à sonner la révolte. Contrairement à Valon Behrami qui a pris son brassard après son remplacement par Zuffi à la 75e.

Schär coule

Une équipe que l'on n'attendait pour une première mi-temps que l'on devra oublier au plus vite: le visage présenté par l'équipe de Suisse lors des quarante-cinq premières minutes de cette rencontre de Trnava fut celui que l'on espérait ne plus voir. Celui d'une équipe incapable d'asseoir sa supériorité face à un adversaire limité. Celui d'une équipe piégée sur le premier corner slovaque à la 39e minute avec une tête victorieuse de Duris après une remise de Skrtel.

Titulaires surprises dans le onze de départ de Vladimir Petkovic, Eren Derdiyok et Fabian Schär endossent une large responsabilité sur cette réussite slovaque. L'attaquant a perdu son duel de la tête et le défenseur fut trop laxiste dans son marquage. Ce même Fabian Schär avait juste après la demi-heure commis sa première bourde de la soirée avec une passe latérale mal assurée qui aurait pu être fatale sans une intervention de Djourou. Moubandje, l'autre Genevois de la défense, avait réussi un sauvetage providentiel à la 11e minute sur la première offensive des Slovaques après une perte de balle de Fernandes.

Fébriles en défense, les Suisses ont, à leur crédit, esquissé un semblant de réaction après l'ouverture du score avec une occasion pour Schär, annihilée par le gardien Mucha, le seul des vingt-deux titulaires au coup d'envoi à ne pas avoir le statut d'un "mercenaire". Mais le manque d'impact d'un Derdiyok et d'un Stocker dans les trente derniers mètres s'avérait presque rédhibitoire.

Du sang frais et un nouveau système

Vladimir Petkovic ne procédait aucun changement à la pause. Une erreur sans doute puisque les Slovaques pouvaient à nouveau profiter de l'apathie de la défense suisse pour doubler la mise à la 48e. Cette fois, ce sont Fernandes, Schär et Djourou qui n'avaient pas le beau rôle sur le centre de Weiss repris par ce diable de Duris. A la 55e, Mak enfonçait encore le clou avec le 3-0 inscrit au terme d'une rupture superbe. Etre mené 3-0 avant l'heure de jeu: même dans ses pires cauchemars, Vladimir Petkovic n'aurait imaginé un tel scénario.

Le sélectionneur jouait alors un son va-tout avec l'apport de quatre hommes frais - Lang, Behrami, Drmic et Mehmedi - et un nouveau système en 4-2-4. Ce coaching était tout de suite payant avec la réduction du score de Derdiyok à la 63e après une action menée par Shaqiri et Lang. Comme si le joueur de Stoke City avait attendu la sortie de Lichtsteiner pour donner enfin sa pleine mesure sur son flanc droit.... Le 3-2 de Drmic à la 67e devait insuffler un fol espoir dans les rangs suisses. Et si ce match qui avait, semble-t-il, tourné à la catastrophe ne pouvait-il pas finalement leur sourire? Malheureusement, les Suisses ne pouvaient arracher l'égalisation malgré un ascendant total en fin de match.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.








Rejoignez notre page Facebook en français!

ATS