Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Deux semaines après les attentats en France, le parquet de Paris a annoncé mardi avoir ouvert une information judiciaire, notamment pour "assassinats en relation avec une entreprise terroriste", sur la série d'attaques du 7 au 9 janvier. Ailleurs en Europe, la chasse aux djihadistes se poursuit aussi.

L'enquête porte non seulement sur l'attaque de "Charlie Hebdo" par les frères Saïd et Chérif Kouachi et sur les faits intervenus dans l'imprimerie de Dammartin-en-Goële, où ils ont péri, mais également sur la prise d'otages dans le supermarché casher de l'est de Paris à l'issue de laquelle Amedy Coulibaly a été tué.

Les juges d'instruction antiterroristes sont aussi saisis de la fusillade de Montrouge, au cours de laquelle une policière municipale a été tuée par Amedy Coulibaly, et sur les tirs essuyés par un joggeur le 7 janvier à Fontenay-aux-Roses.

Quatre individus visés

Le parquet de Paris a requis mardi la mise en examen des quatre individus déférés dans cette enquête sur les complicités dont auraient pu bénéficier les trois auteurs des attentats qui ont fait 17 tués. Il a ouvert une information judiciaire pour assassinats et tentatives d'assassinats en relation avec une entreprise terroriste, transport d'armes et financement du terrorisme, notamment, précise le procureur François Molins dans un communiqué.

Les quatre hommes, âgés de 22 à 28 ans et placés en garde à vue depuis vendredi après un coup de filet ayant permis l'arrestation de douze personnes, devaient être présentés dans la journée à des magistrats instructeurs en vue de leur mise en examen. Ils sont soupçonnés d'avoir apporté un "soutien logistique" à Amedy Coulibaly, qui a tué cinq personnes en tout, selon une source judiciaire.

Le procureur de Paris a également demandé leur placement en détention provisoire. Les investigations visent par ailleurs des faits de séquestrations, de financement du terrorisme ou encore d'infractions à la législation sur les armes.

Cellules en Espagne et en Belgique

Ailleurs en Europe, la justice espagnole cherche à savoir si Amedy Coulibaly n'a pas bénéficié de l'aide d'une cellule djihadiste à Madrid.

Deux hommes en fuite depuis le démantèlement jeudi d'une autre cellule djihadiste en Belgique sont, eux, recherchés par les autorités belges, principalement en France et en Espagne, a indiqué mardi une source proche de l'enquête. Les enquêteurs craignent que les deux hommes puissent tenter de rejoindre la Syrie ou d'autres pays, via l'Espagne et la Turquie.

De son côté, la justice grecque a décidé mardi l'extradition d'un Algérien arrêté samedi à Athènes. Il est soupçonné d'avoir un lien avec la cellule djihadiste belge, selon une source judiciaire en Grèce.

La Bulgarie va de son côté extrader dans les dix jours un Français ayant admis connaître les frères Saïd et Chérif Kouachi, mais qui a démenti être au courant de leur projet d'attentat.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.

Rejoignez notre page Facebook en français!

ATS