Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

La police bosniaque a libéré le 17 mai une jeune Allemande maintenue en esclavage par un couple dans la bourgade de Karavlasi, dans le nord-est de la Bosnie, dans des conditions particulièrement "inhumaines". Le couple a été arrêté et placé en détention.

La police est intervenue après avoir été alertée par un voisin qui connaissait l'existence de la jeune fille, aujourd'hui âgée de 19 ans. Lui-même avait été témoin de scènes de traitements inhumains que lui faisait subir le couple, ont annoncé les autorités bosniaques, citées dimanche par la télévision publique FTV.

Le couple "l'a maintenue enfermée, ne lui permettait pas d'entrer en contact avec d'autres personnes, ni d'aller à l'école. Il lui a fait subir des traitements inhumains et l'a torturée", a expliqué un porte-parole de la police.

Sévices sexuels

Des habitants de la bourgade voisine de Gojcin ont raconté au quotidien local "Dnevni Avaz" avoir entendu des "cris et pleurs" de la jeune fille qui laissaient supposer qu'elle avait alors été victime de sévices sexuels de la part d'"amis de la famille qui venaient à la maison".

Citant le parquet, FTV affirme que la jeune fille a depuis été placée dans une "maison sûre" où elle est soignée par des médecins. Selon la même source, les médecins n'ont pas encore établi si elle avait été violée.

Mariage blanc

Des zones d'ombre subsistent sur la manière dont cette jeune Allemande est arrivée en Bosnie. D'après la presse locale, elle était arrivée en Bosnie avec sa mère qui avait conclu un mariage blanc avec le mari du couple, pour permettre à ce dernier d'obtenir un permis de séjour en Allemagne.

Le voisin qui a alerté les policiers a notamment raconté à la télévision que la jeune Allemande se nourrissait de potiron et de grains de maïs que ses geôliers donnaient aux porcs.

"J'ai vu un jour qu'ils l'avaient obligée à tirer une charrette sur laquelle ils étaient assis", a encore raconté ce voisin.

ATS