Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Selon les chercheurs bernois, une femme enceinte ou jeune mère sur six est sujette à des troubles psychiques (photo prétexte).

KEYSTONE/GAETAN BALLY

(sda-ats)

Une femme enceinte ou jeune maman sur six est traitée en Suisse pour des troubles psychiques. Tel est le résultat d'une étude réalisée par la Haute école spécialisée bernoise (BFH).

16,7% des femmes enceintes ou qui viennent d'accoucher sont touchées par des affections d'ordre psychique, a annoncé mercredi la BFH. De nombreux cas restent dans l'ombre car les personnes concernées craignent une stigmatisation. Les chercheurs de la BFH estiment donc que ces atteintes sont plus fréquentes que ne le montrent les données disponibles.

Selon l'étude, les femmes touchées sont surtout traitées en ambulatoire. Elles semblent y être plus disposées à parler de leurs problèmes qu'en stationnaire. Le traitement se fait le plus souvent par médicaments psychotropes.

Préparées aux exigences

Avant même leur grossesse, 9,5% des femmes présentaient des problèmes psychiques. Près de la moitié interrompaient le traitement une fois enceintes. Or un accompagnement professionnel serait particulièrement indiqué pendant cette période afin que la mère soit préparée aux exigences postnatales, écrivent les chercheurs.

Ces derniers soulignent que le traitement doit tenir compte des besoins spécifiques de ce groupe de femmes, de leurs enfants et familles. Ceci d'autant plus que les chances de guérison sont bonnes pour la plupart des atteintes.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.

Rejoignez notre page Facebook en français!

ATS