Toute l'actu en bref

Les deux épreuves, dont les problèmes ont été imaginés par des enseignants de quelque 40 pays, ont duré quatre heures et demie chacune (image symbolique).

KEYSTONE/GAETAN BALLY

(sda-ats)

Les filles et les mathématiques, une équation qui ne fait pas nécessairement deux, comme le veut le cliché. Lors d'un concours organisé à Zurich, 168 gymnasiennes venues de 43 pays l'ont prouvé. Parmi elles, trois Suissesses ont gagné une médaille de bronze.

Les European Girls' Mathematical Olympiad se sont déroulées à l'Université de Zurich le week-end dernier. Les filles ont dû passer deux examens de 4 heures et demie chacun. Résultat, 16 élèves ont reçu la médaille d'or, 27 ont obtenu une médaille d'argent et 43 ont été couronnées de bronze lors de la cérémonie qui a eu lieu mardi.

Des mathématiciennes et enseignants d'une quarantaine de pays ont imaginé les épreuves. "Les questions doivent être compréhensibles et avoir un certain degré de difficulté tout en étant 'attrayantes'", résume Dimitri Wyss, président suisse du Problem Selection Committee, cité dans le communiqué des organisateurs publié mercredi.

Motivant

D'après lui, un problème est attrayant lorsqu'il surprend et que la résolution de l'énigme ne repose pas uniquement sur un procédé logique, mais qu'il fait également appel à des idées créatives.

Une Ukrainienne et une Américaine se sont démarquées en obtenant le maximum de points. Parmi les Suissesses à avoir remporté une médaille de bronze, deux sont du canton de Zurich et une de Glaris. Une gymnasienne de Genève a notamment reçu une mention honorable.

"J'aimerais que les participantes rentrent chez elles avec le sentiment de ne pas être les seules femmes à aimer les mathématiques et avoir un talent dans cette discipline", souligne Viviane Kehl, organisatrice de ces joutes. Un tel sentiment est motivant et influencera positivement leur parcours professionnel.

ATS

 Toute l'actu en bref